Plein écran
Le Premier ministre turc Ahmet Davutoglu © afp

La Turquie pourrait à son tour sanctionner la Russie

Le Premier ministre turc Ahmet Davutoglu a affirmé mardi que la Turquie était prête "si nécessaire" à prendre des "sanctions" pour répondre aux mesures de rétorsion prises par Moscou après la destruction d'un de ses avions par l'aviation turque.

"La Russie a mis en place des sanctions (...) si nous pensons que c'est nécessaire, alors nous prendrons nos propres sanctions", a prévenu, sans autres précisions, le chef du gouvernement turc dans un discours devant le groupe parlementaire de son Parti de la justice et du développement (AKP).

Crise diplomatique
La Turquie et la Russie traversent leur pire crise diplomatique depuis la Guerre froide, après qu'un avion militaire russe a été abattu le 24 novembre par l'armée turque.

Mesures de rétorsion
La Russie a déjà annoncé des mesures de rétorsion à l'encontre de la Turquie visant principalement les secteurs du tourisme, de l'énergie, du BTP et de l'agriculture et qui pourraient coûter jusqu'à neuf milliards de dollars, a estimé lundi le vice-Premier ministre chargé de l'Economie Mehmet Simsek.

"Plan alternatifs"
La Turquie ne se retrouvera pas "en difficulté pour ce genre de choses", a commenté M. Davutoglu mardi, ajoutant que le gouvernement préparait des "plans alternatifs".