Plein écran
© afp

La victime du métro de Lille: "Les gens me regardaient me faire agresser"

La victime du métro de Lille a relaté son calvaire et a dit ne pas comprendre l'indifférence des navetteurs. Son agresseur, un jeune homme de 19 ans, a été condamné à 18 mois de prison jeudi.

Depuis mercredi soir, elle est sous le choc. Vers 22h30, cette jeune femme de 30 ans a rencontré son cauchemar dans le métro lillois; le calvaire durera entre 20 et 30 minutes, pendant lesquelles elle sera agressée, insultée et menacée par un homme. Ce vendredi matin, elle a accepté d'en parler au micro de RTL France.

Insultes et viol collectif
"Ce monsieur est venu vers moi, il m'a agressée. Directement. Il a commencé à me bloquer; il m'a touchée", décrit-elle, en sanglots. "Dès qu'il m'a vu, il est venu vers moi. (...) Il sentait l'alcool. J'ai essayé de le calmer, lui parler. Je lui ai dit: Ecoute, je suis une mère de quatre enfants, fais-moi pas de mal. Il n'a rien voulu savoir. Il disait que j'étais une pute, qu'il allait appeler son cousin et qu'ils allaient me violer à plusieurs".

L'agression, qui a commencé sur le quai du métro, se poursuit dans la rame, sous les yeux des autres usagers indifférents et imperturbables. "Personne ne m'a aidée. Je me suis défendue toute seule. Les gens, ils sont partis dans l'autre rame, tout au fond, ils m'ont laissée seule avec lui. Ils me regardaient me faire agresser. J'ai crié à l'aide".

Les images enregistrées par les caméras de surveillance accentue le mépris des témoins de la scène. "(On voit) des gens qui s'écartent. Ils avaient peur, je pense, comme moi. Ils se sont écartés, et moi, ils m'ont laissé comme ça en fait. Je me suis mise près d'un homme, il n'a rien voulu savoir. Je ne suis pas d'accord qu'on ne m'a pas défendue. Il y avait beaucoup de gens, je suis une femme, c'est un homme. Ils auraient dû me défendre ou l'écarter, c'est tout ce que je demandais. Qu'on me donne un coup de main".

Non-assistance
Au final, un automobiliste de dix-huit ans viendra à son secours. "Après que j'ai réussi à sortir, il (l'agresseur) m'a poursuivie, jusqu'à une grande rue. J'ai dû arrêter des voitures à contre-sens. Un jeune garçon de dix-huit ans m'a aidée". Une altercation a éclaté entre le jeune conducteur et l'agresseur, finalement maîtrisé par les gardes de sécurité de l'hôpital voisin. Interpellé, il a été condamné jeudi, en comparution immédiate, pour agression sexuelle par une personne en état d'ivresse et pour violences avec usage d'une arme par destination. De nationalité marocaine, il s'est également vu infliger deux ans d'interdiction de territoire français.

Quant aux témoins, ils pourraient être poursuivis pour non-assistance à personnes en danger. "Pour la non-assistance à personne en danger, j'ai demandé aux policiers de mener une enquête distincte afin de déterminer si l'infraction est juridiquement constituée", a déclaré le procureur de la République de Lille, Frédéric Fèvre.