Plein écran
Shawkan assiste à son procès au Caire derrière un grillage avec d'autres journalistes condamnés © epa

Le Caire confirme 75 condamnations à mort, Shawkan libéré sous peu

Un tribunal du Caire a confirmé samedi les condamnations à mort de 75 personnes dont des dirigeants des Frères musulmans, le plus grand nombre de condamnations à la peine capitale dans une seule affaire. Pour le photojournaliste Shawkan, les nouvelles sont bonnes.

Les juges avaient prononcé ces peines le 28 juillet. Elles ont été depuis confirmées par le grand mufti d'Egypte qui a donné son avis consultatif. Parmi les 75 personnes condamnées, 44 étaient présentes samedi et 31 ont été condamnées par contumace. Les condamnés peuvent encore interjeter appel.

De hauts dirigeants des Frères musulmans, comme Mohammed al-Beltagui, Issam al-Aryane et Safwat Hijazi figurent parmi les personnes condamnées à mort samedi.

Cinq ans pour Shawkan
C'est dans ce même dossier où sont jugés plus de 700 personnes que figure le photojournaliste Mahmoud Abou Zeid, connu sous son pseudonyme Shawkan.

Présent au tribunal samedi, Shawkan devrait pouvoir sortir de prison "dans quelques jours" après le prononcé de sa peine couverte par sa détention, selon son avocat Me Karim Abdelrady.

Il était poursuivi pour "meurtre, tentative de meurtre et appartenance à un groupe terroriste", et risquait la peine de mort. Selon Me Abdelrady, qui se réjouit de la remise en liberté prochaine de Shawkan, la peine prononcée est toutefois "injuste parce qu'il n'a fait que son travail".

Mahmoud Abu Zeid est emprisonné en Egypte depuis août 2013, après son arrestation lors d'une manifestation en faveur des islamistes écartés du pouvoir, place Rabaa al-Adawiya. 

Répression dans le sang
Après l'éviction le 3 juillet 2013 de Mohamed Morsi, premier président élu démocratiquement en Egypte, le pays avait connu plusieurs mois de violence durant lesquels les forces de sécurité ont réprimé dans le sang les rassemblements de ses partisans.

Le 14 août 2013, policiers et soldats avaient ainsi tué par balles plus de 700 manifestants pro-Morsi en faisant évacuer la place Rabaa al-Adawiya et une autre du centre de la capitale.