Plein écran
Kim Jong-Un et Donald Trump. © ap

Le chef du Pentagone: "Un conflit avec la Corée du Nord serait le pire des scénarios"

Pour James Mattis, secrétaire américain à la Défense, ce serait même "une catastrophe".

Plein écran
James Mattis. © ap

Après les menaces de Donald Trump contre la Corée du Nord, son secrétaire à la Défense, James Mattis, préfère calmer le jeu.

"Le pire des scénarios"
"Un conflit avec la Corée du Nord serait certainement le pire des scénarios pour un grand nombre de personnes", a reconnu James Pattis sur CBS. "Le régime nord-coréen a des centaines de pièces d'artillerie et des lance-roquettes à portée de l'une des villes les plus densément peuplées du monde, à savoir la capitale de la Corée du Sud".           

"Une catastrophe"
"Ce régime est une menace pour la région, pour le Japon et pour la Corée du Sud", ajoute le chef du Pentagone. "En cas de guerre, ce sera une menace pour la Chine et la Russie. Pire, si un affrontement direct éclate et si nous ne sommes pas en mesure de résoudre cette situation par des moyens diplomatiques, ce sera une catastrophe".

Nouveau tir de missile
Pyongyang a procédé lundi à un nouveau tir de missile qui s'est abattu dans la zone économique japonaise, suscitant des condamnations des capitales étrangères dans un contexte de grandes tensions sur la péninsule. Il s'agit du troisième tir nord-coréen en trois semaines alors que de nombreuses résolutions du Conseil de sécurité de l'ONU interdisent à Pyongyang de poursuivre ses programmes balistique et nucléaire, et que Washington menace Pyongyang d'une intervention militaire.

  1. Un trisomique décède dans un véhicule en pleine chaleur

    Un trisomique décède dans un véhicule en pleine chaleur

    Un trentenaire américain atteint du syndrome de Down est décédé en mai dans une camionnette en pleine chaleur, à Seminole, en Floride, alors que la personne qui devait s’occuper de lui s’était endormie sur le siège passager après avoir ingéré de la drogue, ont relaté samedi les médias outre-Atlantique. Arrêté vendredi pour homicide involontaire aggravé, l’employé a été relâché le lendemain après avoir versé une caution de 50.000 dollars (soit 45.000 euros environ), mais il comparaîtra devant la justice ultérieurement.