Selon la justice chilienne, les deux hommes sont officiellement soupçonnés d'avoir reçu chacun quelque 600.000 dollars de commission lors de la vente de quelque 200 chars Leopard.
Plein écran
Selon la justice chilienne, les deux hommes sont officiellement soupçonnés d'avoir reçu chacun quelque 600.000 dollars de commission lors de la vente de quelque 200 chars Leopard.

Le Chili enquête sur l'achat de chars néerlandais

Le Chili a ouvert une enquête contre deux anciens officiers de l'armée néerlandaise pour le versement présumé de pots de vin lors de la vente de chars déclarés excédentaires aux Pays-Bas à l'armée de terre chilienne, a rapporté lundi l'agence de presse ANP.

600.000 dollars de commission chacun
Selon la justice chilienne, les deux hommes - dont l'identité n'a pas été révélée - sont officiellement soupçonnés d'avoir reçu chacun quelque 600.000 dollars de commission lors de la vente de quelque 200 chars Leopard. Les blindés avaient été vendus au Chili par l'intermédiaire de la société néerlandaise RDM, dirigée par Joep van den Nieuwenhuyzen pour un montant de 63 millions de dollars.

Enquête sur la fortune de Pinochet
Cette affaire de corruption présumée a été découverte durant une enquête sur l'origine de la fortune de l'ex-dictateur Augusto Pinochet. Elle rappelle la vente, sur laquelle enquête toujours la justice chilienne, de 25 avions de combat Mirage par la Belgique en 1993, un marché sur lequel planent toujours de forts soupçons de pots-de-vin.

Quinze millions en commissions occultes
Le juge chilien en charge du dossier, Omar Astudillo, a établi que quinze des 109 millions de dollars que le gouvernement chilien a payés en 1994 pour ces 25 avions de combat belges étaient partis en commissions occultes.

Un général et trois officiers chiliens poursuivis
Ces paiements auraient abouti dans les poches de plusieurs intermédiaires, tant Chiliens qu'étrangers, dont l'ancien commandant en chef de la Force aérienne chilienne (Fach), le général Ramon Vega (son gendre, le Belge Bernard Van Meer, a lui aussi été suspecté), et trois autres officiers, poursuivis au Chili pour détournement de fonds publics.

Un intermédiaire en Belgique
Un des intermédiaires aurait été le contact direct en Belgique de l'ancien général Jacques Lefebvre, conseiller de la société Europavia, qui s'est suicidé en 1995 peu de temps après avoir été interrogé par la justice belge. Son nom avait été cité par des témoins interrogés dans le cadre des enquêtes Agusta et Dassault.

Prescription en Belgique pour les Mirage
En Belgique, l'instruction judiciaire sur la vente de Mirage a été clôturée en mars 2008 sous l'effet de la prescription. Une copie intégrale du dossier a été transmise au Chili quelques mois plus tôt, ce qui a eu pour effet de relancer le dossier au Chili. (belga/th)