Plein écran
© REUTERS

Le Chili s’embrase, le bilan des émeutes passe à sept morts

Cinq personnes ont péri dimanche dans l'incendie d'une usine de vêtements en proie à des pillages, dans le nord de Santiago, ce qui porte à sept le nombre de morts depuis le début des violentes émeutes qui secouent le Chili. "Nous sommes en guerre contre un ennemi puissant", a affirmé dimanche le président chilien Sebastian Piñera.

"Cinq corps ont été retrouvés à l'intérieur de l'usine en raison de l'incendie", a annoncé à des médias locaux le commandant des pompiers de Santiago, Diego Velasquez. Deux personnes avaient déjà péri dans la nuit de samedi à dimanche dans l'incendie d'un supermarché également pillé par des manifestants dans le sud de la capitale. 

Les émeutes au Chili depuis trois jours, sont les pires qu'ait connues le pays depuis des décennies, si bien que le gouvernement a étendu l'état d'exception à cinq régions. Pour la deuxième nuit consécutive, une mesure de couvre-feu a été décrétée à Santiago entre 19H00 et 06H00 locales L'"état d'urgence" est également en vigueur dans cinq régions, dont la capitale de 7 millions d'habitants.

“La démocratie a l'obligation de se défendre", a déclaré le président chilien Sebastian Pinera pour justifier ces mesures d'exception, à l'issue d'une réunion avec les présidents de la Chambre de députés, du Sénat et de la Cour suprême. Après le nouveau bilan des morts dans les émeutes, le président a déclaré "Nous sommes en guerre contre un ennemi puissant, implacable, qui ne respecte rien ni personne et qui est prêt à faire usage de la violence et de la délinquance sans aucune limite".

Plein écran
© Hollandse Hoogte / EPA

Le général Javier Iturriaga, chargé vendredi de la sécurité publique par le président Pinera, a de son côté appelé les habitants à rester "calmes" et à ne pas sortir de chez eux. Près de 10.000 policiers et militaires ont été déployés. Les patrouilles de militaires dans les rues sont une première dans le pays depuis la fin de la dictature du général Augusto Pinochet (1973-1990).

Selon les autorités, 1.462 personnes ont été arrêtées, dont 644 dans la capitale et 848 dans le reste du pays.

Plein écran
© Hollandse Hoogte / EPA
Plein écran
© AP
Plein écran
© REUTERS
  1. Christian Brückner épiait-il Maddie? Le même “blond suspect” repéré quatre fois près de la résidence

    Christian Brückner épiait-il Maddie? Le même “blond suspect” repéré quatre fois près de la résidence

    Christian Brückner, le nouveau suspect principal de l’enquête sur la disparition Madeleine McCann, a probablement épié durant plusieurs jours l’appartement occupé par la famille McCann à l’Ocean Club de Praia da Luz, dans l’Algarve. C’est en tout cas la conclusion de The Sun et du Daily Mail à la lecture des déclarations des différents témoins. Depuis la diffusion du portrait du suspect principal, les quotidiens britanniques, qui ont évidemment suivi le dossier Maddie depuis la première heure, voient en lui le fameux “blond louche” décrit par de nombreux témoins à l’époque de la disparition de la fillette en 2007. L’homme à l’attitude patibulaire n’avait jamais été retrouvé.
  2. Accord sur la réouverture des frontières intérieures de l’UE à partir du 15 juin, excepté en Espagne
    Mise à jour

    Accord sur la réouvertu­re des frontières intérieu­res de l’UE à partir du 15 juin, excepté en Espagne

    “Un accord a été conclu avec la plupart des pays de l’espace Schengen pour rouvrir les frontières intérieures (de l’UE) à partir du 15 juin”, a tweeté Pieter De Crem, ministre de l’Intérieur, à l’issue de la réunion de l’Union européenne. Seule l’Espagne n’ouvrira pas ses frontières avant le 1er juillet. ‘Il convient de s’informer via les Affaires étrangères pour obtenir les informations exactes par pays”, a-t-il également recommandé.