Plein écran
© ap

Le conducteur du train jugé responsable de 80 décès

CompostelleLe ministère public espagnol a requis mardi quatre ans de prison contre le conducteur du train dont le déraillement en 2013 près de Saint-Jacques-de-Compostelle (nord-est) avait coûté la vie à 80 personnes, a-t-on appris de source judiciaire.

Plein écran
Le chauffeur Francisco Jose Garzon © reuters
Plein écran
© afp
Plein écran
© afp
Plein écran
© ap

Dans ses réquisitions, le parquet demande "une peine de quatre ans de prison et une interdiction d'exercer le métier de conducteur de train pendant six ans" pour Francisco José Garzón Amo, le conducteur, distrait par une conversation sur son portable de travail avec le contrôleur du train, deux minutes avant l'accident, seul mis en cause dans l'enquête sur le drame.

Responsable de "80 homicides"
M. Garzon, estime le parquet, est responsable de "80 homicides pour grave imprudence professionnelle et de blessures". Le parquet a également requis l'indemnisation des victimes de l'accident à hauteur de 42,8 millions d'euros, que devra verser la compagnie d'assurance. Le Tribunal supérieur de justice de la Galice (cour régionale) avait conclu l'enquête début octobre.

Virage à 179 km/h
La nuit de l'accident, le 24 juillet 2013, le train arrivant de Madrid avait abordé à 179 km/h un virage très serré, où la vitesse était limitée à 80 km/h. Le convoi avait déraillé à 4 km de Saint-Jacques-de-Compostelle, entraînant le plus grave accident ferroviaire en Espagne depuis 1944.

Manifestation
Des dizaines de proches des victimes ont cependant manifesté à Saint-Jacques-de-Compostelle pour réclamer une commission d'enquête, dénonçant l'absence de mesures de prévention suffisantes, notamment en termes de systèmes de freinage automatique.

Plein écran
© ap
  1. Un pickpocket interpellé lors d'un concert avec 30 téléphones dans son short grâce à un tuyau de la police belge
    Play

    Un pickpocket interpellé lors d'un concert avec 30 téléphones dans son short grâce à un tuyau de la police belge

    Un trentenaire roumain, qui avait caché une trentaine de téléphones volés dans le short cycliste qu’il portait sous ses vêtements, a été arrêté mardi passé aux Pays-Bas, en marge d’un concert de Sum 41 dans la salle AFAS Live à Amsterdam, grâce à un tuyau de la police belge, suite au vol similaire d’une cinquantaine de téléphones lors d’un concert du même groupe canadien le 14 janvier à la Lotto Arena à Anvers.
  2. Une nouvelle demande de remise en liberté de Patrick Balkany rejetée

    Une nouvelle demande de remise en liberté de Patrick Balkany rejetée

    La cour d'appel de Paris a à nouveau rejeté lundi une demande de mise en liberté du maire de Levallois-Perret Patrick Balkany, 71 ans, une semaine avant l'ouverture de son procès en appel pour blanchiment aggravé. La cour a également rejeté une demande d'abaissement de la caution de 500.000 euros imposée à l'élu - actuellement incarcéré à la prison parisienne de la Santé - dans le cadre du contrôle judiciaire accordé après sa condamnation pour fraude fiscale.