Didier Lallement.
Plein écran
Didier Lallement. © Photo News

Le dérapage du préfet de police de Paris: “Les patients en réanimation n’ont pas respecté le confinement”

Ce vendredi, le préfet de police de Paris a tenu un point presse à l’aube du début des vacances de Pâques. Mais lors de son intervention, Didier Lallement a tenu des propos chocs en estimant que les personnes hospitalisées en réanimation aujourd'hui étaient celles qui n’avaient pas respecté le confinement. Quelques heures plus tard, face à la polémique, il a regretté ses propos dans un communiqué.

Les vacances de Pâques commencent ce vendredi à Paris. Mais en plein confinement, les déplacements ne sont autorisés que pour le strict nécessaire, les vacances n’en faisant bien évidemment pas partie. Pour s’assurer que la population respecte bien ces règles, le dispositif policier a été renforcé. 8.270 fonctionnaires et militaires seront donc mobilisés tout au long du week-end pour assurer le contrôle des entrées et sorties de Paris. 

“Nous ne baissons pas la garde, nous continuons à être vigilants et efficaces. Pour ceux qui échapperaient à nos contrôles sur Paris et l’Île-de-France, ils rencontreront d’autres forces de police tout au long de leur trajet”, a prévenu Didier Lallement sur BFMTV. 

“Je le dis très simplement à ceux qui persisteraient dans leurs intentions stupides: nous serons là au départ, pendant le trajet et à leur arrivée. Évitez les ennuis, évitez des verbalisations répétitives qui vous concerneront vous et l’ensemble de vos passagers.”

Des propos chocs

Puis, le préfet de police a dérapé en établissant un lien direct entre les malades du Covid-19 actuellement en réanimation et les personnes ayant enfreint les mesures de confinement. “Il n’y a pas besoin d’être sanctionné pour comprendre que ceux qui sont aujourd’hui hospitalisés, ceux qu’on trouve dans les [services de] réanimation, ce sont ceux qui au début du confinement ne l’ont pas respecté. C’est très simple, il y a une corrélation très simple!”

Ces propos ont choqué avec de nombreuses réactions sur les réseaux sociaux. De Jean-Luc Mélenchon (LFI), en passant par Marine Le Pen (RN) ou encore Olivier Faure (PS), les chefs politiques français n’ont pas du tout apprécié cette intervention.  

Le Pr Frédéric Adnet, chef du Samu de Seine-Saint-Denis, a dénoncé une prise de parole “scandaleuse” et a appelé Didier Lallement à la démission. Selon le Parisien, l’entourage de Christophe Castaner aurait également désavoué le préfet.

Les excuses du préfet

Dans un communiqué publié ce midi, Didier Lallement a “regretté” ses propos. “Ses intentions n’étaient pas d’établir un lien direct entre le non-respect des consignes sanitaires et la présence de malades en réanimation. Il s’agissait de rappeler la nécessité d’une stricte application du confinement dans cette période, pour la protection de la santé de chacun.”

6.399 patients atteints du Covid-19 sont actuellement en réanimation, selon les derniers chiffres communiqués jeudi par le directeur général de la Santé Jérôme Salomon.