Plein écran
Xavier Broseta a dû être exfiltré par le service de sécurité. © afp

Le DRH d'Air France déshabillé par des manifestants

VideoLa réunion du Comité central d'entreprise d'Air France a tourné court lundi après la confirmation de la possible suppression de 2.900 postes et les violences contre des membres de la direction, dont le DRH Xavier Broseta qui a manqué de "se faire lyncher".

Plein écran
Pierre Plissonnier, responsable de l'activité long courrier d'Air France © afp
Plein écran
© afp

Le directeur des ressources humaines Xavier Broseta a été mis torse nu, selon un photographe de l'AFP. Il a "manqué de se faire lyncher", a assuré une source syndicale. Interrompu au bout d'une heure par l'intrusion de plusieurs centaines de salariés, le CCE ne reprendra pas lundi, ont indiqué plusieurs sources syndicales.

La compagnie a "fermement" condamné des "violences physiques" et son intention de porter plainte, sans révéler l'identité des personnes prises à partie lors du CCE. Selon des témoins, Pierre Plissonnier, responsable de l'activité long courrier à Air France, a également été victime de violences. Le ministre des Transports Alain Vidalies a jugé "inacceptables" ces violences ajoutant qu'elles méritaient des sanctions.

La direction a annoncé lundi aux syndicats la mise en oeuvre d'un plan "alternatif" au projet de développement "Perform 2020", décidé après l'échec de négociations avec les navigants. Il induirait un sureffectif de 300 pilotes, 900 PNC (hôtesses et stewards) et 1.700 personnels au sol, ont rapporté à l'AFP des représentants des salariés avant que l'invasion du CCE.

Plein écran
© afp
Plein écran
Xavier Broseta © reuters
Plein écran
© reuters
Plein écran
© ap
Plein écran
© ap