Plein écran
© Thinkstock

Le juge fait une réflexion surprenante avant de libérer un détenu

Un juge de New York a libéré un détenu, jeudi, en déclarant: “La loi est stupide mais je dois la suivre”. 

Maxwell Wiley donnait son point de vue sur une série d’ajustements récemment mis en place dans le système de la mise en liberté sous caution à New York. Il a expliqué que ce qu’il faisait, à savoir libérer quelqu’un accusé de cambriolage, était “contraire au bon sens et à la sagesse”.

Le système de liberté sous caution est décrié depuis longtemps à New York. Beaucoup estimaient que le système était raciste et cruel. “Actuellement, aux États-Unis, il y a près de 750.000 détenus qui attendent d’être jugés parce qu’ils n’ont pas les moyens de payer leur caution”, a expliqué une experte en droit au site Law and Crime. 

“L’incarcération avant un procès a un effet particulièrement dévastateur sur les pauvres. Les familles perdent souvent la seule source de revenu dont elles disposent. (...) C’est une guerre contre les pauvres. Souvent, il faut deux à trois ans aux procureurs pour porter ces affaires devant les tribunaux.”

En vertu des nouvelles lois, les personnes accusées d’avoir commis des “petits” délits peuvent être libérées et doivent se présenter au tribunal pour la suite de la procédure.

  1. Un pickpocket interpellé lors d'un concert avec 30 téléphones dans son short grâce à un tuyau de la police belge
    Play

    Un pickpocket interpellé lors d'un concert avec 30 téléphones dans son short grâce à un tuyau de la police belge

    Un trentenaire roumain, qui avait caché une trentaine de téléphones volés dans le short cycliste qu’il portait sous ses vêtements, a été arrêté mardi passé aux Pays-Bas, en marge d’un concert de Sum 41 dans la salle AFAS Live à Amsterdam, grâce à un tuyau de la police belge, suite au vol similaire d’une cinquantaine de téléphones lors d’un concert du même groupe canadien le 14 janvier à la Lotto Arena à Anvers.
  2. Une nouvelle demande de remise en liberté de Patrick Balkany rejetée

    Une nouvelle demande de remise en liberté de Patrick Balkany rejetée

    La cour d'appel de Paris a à nouveau rejeté lundi une demande de mise en liberté du maire de Levallois-Perret Patrick Balkany, 71 ans, une semaine avant l'ouverture de son procès en appel pour blanchiment aggravé. La cour a également rejeté une demande d'abaissement de la caution de 500.000 euros imposée à l'élu - actuellement incarcéré à la prison parisienne de la Santé - dans le cadre du contrôle judiciaire accordé après sa condamnation pour fraude fiscale.