Plein écran
© reuters

Le M23 à Goma contrôle les postes-frontières avec le Rwanda

UpdateLes rebelles congolais du M23, entrés mardi dans la ville de Goma, dans l'est de la République démocratique du Congo (RDC), ont pris le contrôle des deux postes-frontières avec la ville rwandaise voisine de Gisenyi, a constaté une journaliste de l'AFP, côté rwandais de la frontière.

Aucun tir n'était plus entendu depuis la mi-journée en provenance de Goma, capitale de la province du Nord-Kivu, depuis le côté rwandais de la frontière, selon cette journaliste.

A la "Grande-Barrière", principal point de passage entre Goma et Gisenyi, des camions emplis de combattants du M23 ont été aperçus côté congolais du poste-frontière.

Deux combattants du M23 étaient également visibles, côté congolais, à la "Petite-Barrière", le poste frontière secondaire.

La police rwandaise laissait passer par petits groupes en direction de Goma quelques centaines de Congolais ayant fui ces derniers jours en direction de Gisenyi les combats approchant de Goma et qui attendent côté rwandais de rentrer chez eux.

Par ailleurs, selon le porte-parole militaire du M23, le colonel Viannay Kazarama, les troupes du mouvement rebelle M23 "contrôlent la ville" de Goma.

Arrivée à Goma du chef militaire du M23
Le général Sultani Makenga, chef d'Etat major de l'armée révolutionnaire congolaise (ARC), nom donné aux forces rebelles du M23, est arrivé mardi à Goma, ont indiqué des témoins.

Il a circulé dans la capitale du Nord-Kivu, accompagné d'une escorte faisant le tour des différents ronds points quelques heures après la prise de Goma sans combats apparents. Le général Makenga, promu général de brigade récemment, avait, alors qu'il était colonel, des responsabilités opérationnelles dans la province voisine du Sud-Kivu. Il avait fait défection pour créer le M23 en mai dernier. Il avait été intégré dans l'armée congolaise parmi les responsables de la rébellion tutsi congolaise du Congrès national pour la défense du peuple (CNDP).

L'ONU accuse le Rwanda et l'Ouganda d'appuyer les rebelles. Les deux pays démentent. Les Etats-Unis ont annoncé il y a une semaine qu'il avait été placé sur leur liste noire des personnes physiques ou morales sanctionnées pour leur participation au conflit en RDC.

Le département du Trésor, à l'origine de cette décision, accuse M. Makenga d'être "responsable d'horreurs à grande échelle contre la population en RDC, notamment du recrutement d'enfants soldats et de campagnes de violence contre les civils".

Selon une source administrative, le gouverneur de la province du Nord-Kivu, Julien Paluku, a quitté la ville après avoir trouvé refuge lundi au quartier général des Nations Unies. Il a rejoint Bukavu, précise-t-on de même source.