Le malaise des élus luxembourgeois face à un jeune militant écolo

Video"Qui a lu le rapport du GIEC?", a demandé le jeune militant écologiste Brice Montagne aux députés luxembourgeois.

Dans son rapport spécial sur le réchauffement climatique publié au mois d'octobre, le Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat (GIEC) a tiré la sonnette d'alarme sur les conséquences et les dangers d'un réchauffement supérieur à 1,5 degré par rapport à l'ère préindustrielle.

C'est ce rapport alarmant, commandé par les organisateurs de la COP21 à Paris, qui est à l'origine des nombreuses manifestations pour le climat que l'on voit fleurir un peu partout, notamment en Belgique. Il a été élaboré dans le but de "fournir aux gouvernements un guide scientifique faisant autorité" pour faire face au changement climatique.

Pour faciliter la tâche des responsables politiques, le rapport initial de 400 pages a été résumé dans une version qui en compte une petite trentaine. Malgré cela, tous n'ont pas pris la peine de le lire. C'est notamment le cas des députés luxembourgeois, comme l'a récemment mis en lumière un jeune militant écologiste membre du mouvement paneuropéen DiEM25.

Lors d'un débat au parlement du Grand-Duché sur les emballages en plastique le 6 février, Brice Montagne, c'est son nom, a posé une simple question aux élus de son pays d'adoption. "Qui a lu le rapport du GIEC?", a-t-il demandé avant d'entendre les mouches voler dans l'assemblée.

Un silence qui en dit long
"Comment des politicien.ne.s peuvent ils/elles faire un travail éclairé sur le changement climatique si les connaissances ne sont pas là? Il s'agit du document le plus important de notre époque", écrit le jeune homme sur Facebook. Il précise néanmoins que certains parlementaires lui ont affirmé qu'ils n'avaient tout simplement pas compris la question. Il n'empêche, le silence qui a suivi sa question est édifiant

"Posez la question à vos parlementaires en France, en Belgique, partout, avez-vous lu le rapport du GIEC"?, lance Brice Montagne. Pas sûr qu'à la Chambre, les réponses positives soient nettement plus nombreuses qu'au parlement luxembourgeois...

  1. Une journaliste de “Quotidien” convoquée par les services secrets: les cas se multiplient en France
    Play

    Une journalis­te de “Quotidien” convoquée par les services secrets: les cas se multi­plient en France

    De nombreuses voix ont dénoncé mercredi en France de nouvelles convocations de journalistes par les services secrets pour des affaires touchant de près le régime du président Emmanuel Macron. Dernière en date, une journaliste de l'émission "Quotidien", sur la chaîne de télévision TMC, a révélé mercredi soir avoir été convoquée en février par les policiers de la Direction générale de la sécurité intérieure (DGSI) pour une enquête sur les ventes d'armes françaises à l'Arabie Saoudite.