Une manifestante porte un drapeau national le long d'une route bloquée, lors d'une manifestation contre la chute de la livre libanaise et les difficultés économiques croissantes, près du bâtiment de la Banque centrale, à Beyrouth, Liban, le 16 mars 2021.
Plein écran
Une manifestante porte un drapeau national le long d'une route bloquée, lors d'une manifestation contre la chute de la livre libanaise et les difficultés économiques croissantes, près du bâtiment de la Banque centrale, à Beyrouth, Liban, le 16 mars 2021. © REUTERS

Le naufrage du Liban, l’une des pires crises économiques au monde depuis 1850

L'effondrement économique du Liban risque d'être classé parmi les pires crises financières du monde depuis le milieu du XIXe siècle, indique la Banque mondiale dans un rapport accablant publié mardi.

  1. Mila, symbole du droit au blasphème en France: “Peut-être que je serai morte dans cinq ans”

    Mila, symbole du droit au blasphème en France: “Peut-ê­tre que je serai morte dans cinq ans”

    Mila, qui vient de fêter ses 18 ans, s’était fait connaître avec la publication d’une vidéo critiquant le Coran et l’islam en janvier 2020. La jeune femme, depuis symbole du droit au blasphème en France, publie le 23 juin prochain “Je suis le prix de votre liberté”, aux éditions Grasset. Dimanche soir, elle s’est exprimée à cette occasion dans l’émission “Sept à Huit” sur TF1.
  1. Il gagne le jackpot de l’EuroMillions, mais ne change rien à son train de vie: “Seuls mes proches sont au courant”

    Il gagne le jackpot de l’EuroMillions, mais ne change rien à son train de vie: “Seuls mes proches sont au courant”

    Le Français qui a touché le jackpot de 200 millions d’euros à l’EuroMillions en décembre 2020 s’est confié pour la première fois dans les colonnes du Parisien. À part quelques escapades dans l’Hexagone et des dons à ses proches qui en avaient besoin, ce retraité n’a pratiquement rien changé à son mode de vie. “Ma vie de tous les jours est la même”, assure-t-il.
  2. Stoltenberg: “La Chine n’est pas notre adversaire, notre ennemi”

    Stolten­berg: “La Chine n’est pas notre adversaire, notre ennemi”

    Le secrétaire général de l'Otan Jens Stoltenberg a écarté lundi la perspective d'une "nouvelle guerre froide" avec la Chine, mais a plaidé pour une adaptation de l'Alliance face aux nombreux défis posés par Pékin. "La Chine n'est pas notre adversaire, notre ennemi. Il n'y aura pas de nouvelle guerre froide avec la Chine, mais nous devons faire face aux défis posés par la Chine pour notre sécurité et nous devons les relever ensemble, en tant qu'Alliance", a-t-il déclaré à son arrivée au siège de l'Otan à Bruxelles avant le début d'un sommet de l'organisation.