Marc Van Ranst et Willem Engel.
Plein écran
Marc Van Ranst et Willem Engel. © Photo News

Le Néerlandais Willem Engel, qui avait attaqué Van Ranst en justice, a été arrêté

Le Néerlandais Willem Engel, connu pour son scepticisme envers le coronavirus et les vaccins anti-Covid, et qui avait attaqué en diffamation le virologue belge Marc Van Ranst, a été interpellé mercredi matin, a annoncé un juriste qui l’assiste régulièrement, Jeroen Pols, sur Twitter. Le ministère public néerlandais s’est borné à indiquer qu’un Rotterdamois de 45 ans avait été arrêté pour provocation, en raison de “messages incendiaires liés au corona” publiés sur les réseaux sociaux pendant une longue période.

  1. Les vols de voiture ont diminué de près de 20 pour cent : nos assurances sont-elles pour autant moins chères ?
    Independer

    Les vols de voiture ont diminué de près de 20 pour cent : nos assurances sont-el­les pour autant moins chères ?

    Le nombre de vols de voiture en Belgique est en baisse depuis un certain temps. Les chiffres de la police fédérale le prouvent. Au cours du premier semestre 2021, le nombre de voitures volées a diminué de 19,2 pour cent par rapport à l’année précédente. Cela veut-il dire que nous paierons moins pour notre assurance auto ? « Oui », affirme Serge Jacobs d’Ethias à Independer.be. « Mais il y a un grand mais. »
  2. Les poursuites d'un anti-vax néerlandais contre Marc Van Ranst jugées irrecevables
    Mise à jour

    Les poursuites d'un anti-vax néer­landais contre Marc Van Ranst jugées irreceva­bles

    Le parquet a requis mercredi, devant le tribunal correctionnel de Malines, l’irrecevabilité des poursuites pénales engagées par le Néerlandais Willem Engel, connu pour sa défiance envers les vaccins anti-Covid, à l’encontre du virologue belge Marc Van Ranst. Le Néerlandais a déposé plainte pour calomnies et diffamation après que le scientifique l’eut prétendument traité d’escroc, de coronasceptique et d’extrémiste dans un article de journal et sur Twitter. Pour le parquet, si les faits sont avérés, ils relèveraient du délit de presse, jugé aux assises, et ne sont donc pas de la compétence du tribunal correctionnel.