Plein écran
© AFP

Le New York Times prend une décision radicale après une controverse avec Israël

Le New York Times a annoncé lundi qu’il ne publierait plus de caricatures politiques dans son édition internationale. Une décision qui intervient après la publication vivement critiquée d’un dessin jugé antisémite. Les caricatures sont déjà bannies de l’édition américaine depuis plusieurs années.

Le journal n’en est pas à sa première controverse mais celle-ci a provoqué un lot de réactions indignées de la part de la communauté juive. On y voit un Donald Trump aveugle, coiffé d’une kippa, suivant un chien-guide portant une étoile de David. L’ambassadeur israélien aux Nations Unies a comparé le dessin avec de la propagande nazie. 

Excuses

Le New York Times a finalement présenté ses excuses pour le dessin à l’origine de la controverse. Le responsable de la rubrique éditoriale du New York Times, James Bennet, a ajouté que le Times cesserait officiellement de publier des caricatures à partir du 1er juillet, après plus d’un an de délibérations. Le quotidien souhaite malgré tout continuer à investir dans le journalisme d’opinion. 

La fin du journalisme d'opinion

Le caricaturiste Chappatte craint que cette décision soit le signe de la fin des caricatures mais aussi du journalisme d’opinion en général. 

Citation

Nous sommes dans un monde où des foules moralistes se rassem­blent sur les médias sociaux et se lèvent comme une tempête, donnant le coup fatal aux salles de rédaction.

Chapatte

António Moreira Antunes, le dessinateur, a déclaré à CNN qu’il ne souhaitait pas que l’image soit perçue comme antisémite.

Plantu inquiet pour la liberté d’opinion

Plein écran
Le caricaturiste français Plantu. © photo_news

Plantu, le célèbre dessinateur du quotidien français Le Monde et fondateur de l’association Cartooning for peace, a critiqué mardi la décision du New York Times et s’est dit persuadé que le prestigieux quotidien renoncerait à ce choix. Le dessinateur est convaincu que le journal, qui s’est “aplati devant les réseaux sociaux en s’excusant plusieurs fois d’avoir publié un dessin”, va “se ressaisir” et dire qu’il a eu “tort de se séparer des dessinateurs, car on ne peut pas imaginer des journaux sans les images d’opinion”.

Citation

L’humour et les images dérangeantes font partie de nos démocraties. C’est aussi crétin que si on demandait aux enfants le jour de la fête des mères de ne plus faire de dessins pour leurs mamans.

Plantu

Les caricatures et les polémiques

Les caricatures suscitent des débats depuis la nuit des temps. Un exemple récent est le dessin sur Serena Williams, paru dans le Herald Sun. Le caricaturiste Mark Knight avait représenté la joueuse de tennis avec une large bande de cheveux crépus et des lèvres épaisses, ce que la critique considérait comme inapproprié, raciste et sexiste. Et puis, bien sûr, il y a les célèbres caricatures du prophète Mahomet, parues dans le journal satirique Charlie Hebdo, que certains caricaturistes ont dû payer pour leur vie.

  1. Un pickpocket interpellé lors d'un concert avec 30 téléphones dans son short grâce à un tuyau de la police belge
    Play

    Un pickpocket interpellé lors d'un concert avec 30 téléphones dans son short grâce à un tuyau de la police belge

    Un trentenaire roumain, qui avait caché une trentaine de téléphones volés dans le short cycliste qu’il portait sous ses vêtements, a été arrêté mardi passé aux Pays-Bas, en marge d’un concert de Sum 41 dans la salle AFAS Live à Amsterdam, grâce à un tuyau de la police belge, suite au vol similaire d’une cinquantaine de téléphones lors d’un concert du même groupe canadien le 14 janvier à la Lotto Arena à Anvers.
  2. Une nouvelle demande de remise en liberté de Patrick Balkany rejetée

    Une nouvelle demande de remise en liberté de Patrick Balkany rejetée

    La cour d'appel de Paris a à nouveau rejeté lundi une demande de mise en liberté du maire de Levallois-Perret Patrick Balkany, 71 ans, une semaine avant l'ouverture de son procès en appel pour blanchiment aggravé. La cour a également rejeté une demande d'abaissement de la caution de 500.000 euros imposée à l'élu - actuellement incarcéré à la prison parisienne de la Santé - dans le cadre du contrôle judiciaire accordé après sa condamnation pour fraude fiscale.