Plein écran
© getty

Le Nord des Etats-Unis se prépare à subir un froid record

Déjà éprouvé par une tempête hivernale qui a fait au moins 11 morts depuis le début de l'année, le nord des Etats-Unis se préparait samedi à subir un froid record, avec des températures ressenties pouvant descendre jusqu'à -50°C.

Dans les Etats du centre et du nord du pays, les services météorologiques prévoyaient pour dimanche après-midi des températures "se maintenant entre -23°C et -29°C, avec des minimales chutant dans la nuit autour de -34°C". Pire encore, avec des vents soufflant en rafale, les températures ressenties pourraient descendre jusqu'à -45°C ou même -51°C dans ces Etats!

Chicago pourrait battre lundi son record de température la plus basse enregistrée en journée -- soit -24°C, un niveau atteint le 18 janvier 1994 et le 24 décembre 1983, rappelle The Weather Channel.

Dans le Minnesota (nord), le gouverneur Mark Dayton a d'ores et déjà annoncé que les écoles publiques seraient fermées lundi. Dans le Wisconsin voisin, le match de football américain opposant dimanche les Green Bay Packers aux 49ers de San Francisco --dans le cadre des playoffs de la NFL-- pourrait lui aussi battre le record du match le plus froid de l'histoire de la ligue américaine.

La neige qui a recouvert le nord-est des Etats-Unis et l'est du Canada vendredi, perturbant notamment les transports aériens, pourrait également faire son retour dans une vaste zone allant du sud du Mississippi (sud) jusqu'à l'Ohio (nord), selon les services météo américains.

Au Canada voisin, les chutes de neige et la tempête hivernale ont notamment entraîné des coupures de courant massives à Terre-Neuve. À Québec, le thermomètre affichait -29°C vendredi après un record de -33,9°C. Il fallait remonter à 1968 pour retrouver des froids aussi polaires. Le mercure a chuté à -44°C à Parent, à 400 km au nord de Montréal.

  1. La Nasa a été piratée par un mini-ordinateur à 30 euros

    La Nasa a été piratée par un mi­ni-ordinateur à 30 euros

    Un hacker a infiltré le réseau informatique d'un centre de la Nasa l'an dernier, forçant l'agence spatiale américaine à déconnecter temporairement des systèmes de contrôle des vols spatiaux du centre affecté.L'attaque a commencé en avril 2018 et s'est poursuivie pendant près d'un an dans les réseaux du mythique Jet Propulsion Laboratory (JPL) à Pasadena en Californie, a révélé l'inspecteur général de la Nasa dans un rapport publié le 18 juin.