Plein écran
© reuters

Le Pakistan veut poursuivre l'Inde pour "terrorisme écologique"

Le Pakistan veut poursuivre l'Inde pour "terrorisme écologique" après des frappes aériennes mardi qui ont endommagé "des dizaines d'arbres" d'une de ses forêts du nord du pays, a annoncé son ministre du Changement climatique Malik Amin Aslam.

Plein écran
© afp
Plein écran
© reuters
Plein écran
© epa

"Ce qui s'est produit, c'est du terrorisme écologique. Les seuls dommages qu'ils ont infligés l'ont été à la nature", a déclaré M. Aslam, ajoutant que des "évaluations environnementales" étaient en cours pour porter ensuite l'affaire devant "des institutions internationales, dont les Nations unies".

Mardi, l'Inde a effectué une "frappe préventive" à Balakot (Nord), où New Delhi affirme avoir frappé "le plus grand camp d'entraînement de Jaish-e-Mohammed", un groupe extrémiste ayant revendiqué un attentat-suicide le 14 février au Cachemire indien, dans lequel au moins 40 paramilitaires indiens avaient péri. "Dans cette opération, un très grand nombre de terroristes (...) ont été éliminés", avait affirmé Vijay Gokhale, un haut responsable de la diplomatie indienne.

Sur place, un correspondant de l'AFP a constaté la présence d'un cratère profond d'environ deux mètres et quelques arbres abattus. Le propriétaire de la parcelle touchée a fait état de "quatre explosions". Mais Islamabad a nié toute victime, ce qu'on vérifié plusieurs autres médias internationaux.

La décision de poursuivre New Delhi pour terrorisme écologique "n'est pas une blague", a déclaré Malik Amin Aslam. "La blague est venue d'Inde", a-t-il poursuivi, dénonçant les "fausses allégations" de New Delhi. "Nous prenons les arbres très au sérieux", a-t-il souligné.

Les dizaines d'arbres détruits mercredi faisaient partie d'un espace "enclos" dans le cadre du "Billion tree tsunami" (Le tsunami au milliard d'arbres), projet qui a vu des centaines de millions d'arbres plantés dans le nord du pays depuis 2014. Davantage encore ont repoussé dans le cadre de strictes mesures de régénération forestière.

Après les frappes indiennes, la puissante armée pakistanaise a bombardé en représailles mercredi six "espaces" inhabités côté indien. Les deux aviations se sont ensuite affrontées, une première depuis des décennies. Islamabad affirme avoir abattu deux chasseurs indiens, tandis que New Delhi dit avoir détruit un avion pakistanais.

Un pilote indien, capturé après la chute de son appareil au Cachemire pakistanais, a été remis vendredi soir aux autorités indiennes dans un objectif de désescalade du conflit.