Plein écran
© AP

Le Parti du Brexit de Nigel Farage veut faire son entrée au Parlement

Grand vainqueur des européennes au Royaume-Uni, le Parti du Brexit, fondé il y a quelques mois à peine par le populiste Nigel Farage, espère faire son entrée au Parlement de Westminster à la faveur d'une élection partielle jeudi à Peterborough (est de l'Angleterre).

"Notre establishment politique a été mortifié par ce qui s'est passé" lors des européennes, a déclaré M. Farage, partisan d'une rupture nette avec l'UE, lors d'une visite de soutien samedi à son candidat, Mike Greene, un entrepreneur local.

“Prochain chapitre de cette grande histoire”

"Mais d'une certaine façon, ce qui se passe ici jeudi est encore plus grand": c'est "l'occasion d'écrire le prochain chapitre de cette grande histoire", a ajouté Nigel Farage, qui rêve de renverser le système bipartisan - entre conservateurs et travaillistes - qui domine la vie politique au Royaume-Uni.

Lors du scrutin européen organisé fin mai, le Parti du Brexit est arrivé largement en tête avec 31,6% des voix. Durement sanctionné par les électeurs en raison des atermoiements sur le Brexit, prévu le 29 mars puis repoussé au 31 octobre, le parti conservateur de la Première ministre Theresa May, dont la démission sera effective vendredi, a terminé à une humiliante cinquième place (9%).

A Peterborough, le Parti du Brexit a fait encore mieux, raflant 38% des suffrages, largement devant le Labour (17%), les centristes pro-EU du Lib-Dem (15%), les conservateurs n'arrivant qu'en quatrième position avec 11%, à égalité avec les Verts.

Sentiment anti-UE

Si le Parti du Brexit compte capitaliser sur son succès aux européennes pour l'emporter dans ce scrutin, il mise aussi sur le fort sentiment anti-UE: la ville avait voté à 62% pour quitter l'Union européenne lors du référendum du 23 juin 2016.

Lors des législatives de 2017, le siège de Peterborough avait été remporté par la députée du Labour Fiona Onasanya, qui avait battu sur le fil les conservateurs avec une majorité de seulement 607 voix. L'élection partielle a été déclenchée par la destitution début mai de Mme Onasanya à la suite d'une pétition des électeurs de la circonscription. Près de 28% d'entre eux ont signé un texte demandant son éviction, dépassant le seuil de 10% des inscrits nécessaire pour renverser un élu.

Fiona Onasanya, une avocate de 35 ans, est ainsi devenue la première députée à être destituée via cette procédure, introduite en 2015 par l'ancien Premier ministre conservateur David Cameron.Les électeurs avaient sanctionné le fait que Mme Onasanya continuait à siéger, alors qu'elle avait été condamnée en janvier pour entrave à l'exercice de la justice après avoir prétendu que quelqu'un d'autre conduisait sa voiture, contrôlée en excès de vitesse en juillet 2018.Son parti, le Labour, l'avait exclue, mais l'avocate de 35 ans restait en poste en tant qu'indépendante.

Les bureaux de vote fermeront à 21h00 

  1. Un pickpocket interpellé lors d'un concert avec 30 téléphones dans son short grâce à un tuyau de la police belge
    Play

    Un pickpocket interpellé lors d'un concert avec 30 téléphones dans son short grâce à un tuyau de la police belge

    Un trentenaire roumain, qui avait caché une trentaine de téléphones volés dans le short cycliste qu’il portait sous ses vêtements, a été arrêté mardi passé aux Pays-Bas, en marge d’un concert de Sum 41 dans la salle AFAS Live à Amsterdam, grâce à un tuyau de la police belge, suite au vol similaire d’une cinquantaine de téléphones lors d’un concert du même groupe canadien le 14 janvier à la Lotto Arena à Anvers.
  2. Une nouvelle demande de remise en liberté de Patrick Balkany rejetée

    Une nouvelle demande de remise en liberté de Patrick Balkany rejetée

    La cour d'appel de Paris a à nouveau rejeté lundi une demande de mise en liberté du maire de Levallois-Perret Patrick Balkany, 71 ans, une semaine avant l'ouverture de son procès en appel pour blanchiment aggravé. La cour a également rejeté une demande d'abaissement de la caution de 500.000 euros imposée à l'élu - actuellement incarcéré à la prison parisienne de la Santé - dans le cadre du contrôle judiciaire accordé après sa condamnation pour fraude fiscale.