Plein écran
© belga

Le patron de Pearle licencié après des plaintes de travailleurs belges

Grandvision Benelux a licencié Leo Van Welij après des plaintes de travailleurs belges pour comportement agressif, abus d'alcool, népotisme et pour avoir créé un climat de peur, indique mercredi la chaîne néerlandaise RTL Z. Grandvision Benelux est l'entreprise qui chapeaute la chaîne de magasins de lunettes Pearle.

Selon RTL Z, onze travailleurs de la filiale belge ont porté plainte en mars contre le comportement de Leo Van Welij. Ils l'ont aussi suspecté d'être régulièrement ivre au travail. Lors d'une réunion en 2017, il serait même tombé de sa chaise.

Fin avril, le CEO a été mis en retrait et en mai un rapport indiquait que la société voulait le licencier. L'affaire est passée en justice.

Devant le juge, M. Van Welij a indiqué que les plaintes étaient infondées et qu'il n'avait pas de problème d'alcool. Il réclamait 3 millions d'euros de dommages et intérêts pour son licenciement.

Mais, le tribunal d'Utrecht a estimé que l'entreprise pouvait le licencier car la relation de travail avait été sévèrement et durement touchée, selon RTL Z. Le contrat sera dissous le 1er avril et il n'y aura pas d'indemnisations. Il recevra une indemnisation de transition de près de 30.000 euros et 11 mois de salaire.



  1. Une journaliste de “Quotidien” convoquée par les services secrets: les cas se multiplient en France
    Play

    Une journalis­te de “Quotidien” convoquée par les services secrets: les cas se multi­plient en France

    De nombreuses voix ont dénoncé mercredi en France de nouvelles convocations de journalistes par les services secrets pour des affaires touchant de près le régime du président Emmanuel Macron. Dernière en date, une journaliste de l'émission "Quotidien", sur la chaîne de télévision TMC, a révélé mercredi soir avoir été convoquée en février par les policiers de la Direction générale de la sécurité intérieure (DGSI) pour une enquête sur les ventes d'armes françaises à l'Arabie Saoudite.