Le plan de paix de Trump pour le Proche-Orient sera “historique”

Le plan de paix pour le Moyen-Orient que doit dévoiler sous peu l'administration Trump sera "historique", a soutenu samedi soir le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu à l'approche de son départ pour Washington afin de discuter de cette initiative américaine.

Donald Trump et Benjamin Netanyahu
Plein écran
Donald Trump et Benjamin Netanyahu © REUTERS

"Une opportunité de la sorte n'arrive qu'une seule fois dans l'histoire et nous ne pouvons pas la rater (...) J'ai bon espoir que nous sommes au seuil d'un moment historique pour notre État", a déclaré M. Netanyahu dans un communiqué à propos du projet de paix américain.

“Le plus grand ami qu’Israël ait jamais eu”

"Aujourd'hui, nous avons à la Maison Blanche, le plus grand ami qu'Israël ait jamais eu et donc la plus grande opportunité que nous ayons jamais eue", a ajouté le Premier ministre Netanyahu, qui doit quitter ce week-end Israël pour des discussions à Washington sur le plan américain pour le Moyen-Orient, déjà rejeté par les Palestiniens. 

50 milliards d’investissements en Palestine

Donald Trump avait annoncé jeudi que son plan de paix, dont la présentation a été retardée à maintes reprises, allait être dévoilé d'ici mardi. Le volet économique du plan américain, présenté en juin dernier, prévoit environ 50 milliards d'investissements internationaux dans les Territoires palestiniens et les pays arabes voisins sur dix ans. Mais les détails concrets du plan et son éventuel volet politique demeurent le sujet de spéculations.

Vers un “accord régional historique”

Benny Gantz, le chef de l'opposition israélienne et rival de M. Netanyahu aux législatives de mars, doit aussi se rendre dans la capitale américaine pour ces discussions, auxquelles les Palestiniens, qui jugent l'administration Trump trop pro-israélienne, disent ne pas avoir été conviés. "Le 'Plan de Paix' conçu par le président Trump marquera l'histoire comme un jalon important permettant à différents acteurs au Moyen-Orient d'aller enfin de l'avant avec un accord régional historique", a confié M. Gantz, qui doit rencontrer Donald Trump lundi à Washington.