Plein écran
© AP

Le Premier ministre tchèque conseille à Trump de rendre le masque obligatoire

Le Premier ministre tchèque Andrej Babis a conseillé dimanche au président américain Donald Trump de rendre obligatoire le port du masque pour enrayer la propagation du nouveau coronavirus, dans un tweet.

"M. le Président @realDonaldTrump, essayez de vous attaquer au virus à la manière tchèque", a tweeté l'homme d'affaires, dont la gestion de la crise sanitaire est décriée dans son propre pays.

Selon l'université américaine Johns Hopkins, dont le comptage fait référence, près de 125.000 cas positifs au Covid-19 ont été officiellement déclarés jusqu'ici aux Etats-Unis, un record à travers le monde.

Le nombre de décès (2.191) y a lui plus que doublé depuis mercredi, alors qu'il avait fallu un mois pour atteindre la barre des 1.000.

Peu de données scientifiques

"Le port d'un simple masque en tissu diminue la propagation du virus de 80% ! La République tchèque a rendu OBLIGATOIRE pour ses citoyens le port d'un masque en public", a ajouté le dirigeant populiste, dont le pays a enregistré 2.663 cas confirmés de coronavirus et 13 décès, selon le dernier bilan publié dimanche.

Le Premier ministre tchèque n'a pas précisé sur la base de quelle étude scientifique il affirmait que le port d'un masque en tissu réduisait de 80% la contamination au SARS-Cov-2.

Très peu de données scientifiques sont disponibles sur le sujet. Dans une étude de 2013 sur la grippe, des chercheurs soulignaient que "les masques artisanaux ne devaient être utilisés qu'en dernier recours pour empêcher les contaminations", mais qu'il était toutefois préférable d'en disposer plutôt que de n'avoir aucune protection.

L'Organisation mondiale de la santé (OMS) recommande de réserver le port des masques aux personnes contaminées et à celles qui doivent s'occuper d'elles.

Mais en Chine, les autorités avaient imposé le port du masque en public à Wuhan, où s'est développée l'épidémie du nouveau coronavirus.

Machines à coudre

Au début du mois, le gouvernement de M. Babis a été critiqué en raison d'une pénurie de masques, ce qui a incité des dizaines de milliers de femmes à allumer leurs machines à coudre et à fabriquer leurs propres protections dans ce pays de 10,7 millions d'habitants membre de l'Union européenne.

Le Premier ministre avait demandé pardon pour cette défaillance et promis d'y remédier, envoyant des avions gouvernementaux en Chine pour en rapporter masques, tests et autres équipements médicaux.

Les réactions au tweet de M. Babis ne se pas faits attendre et les utilisateurs des réseaux sociaux n'ont pas mâché leurs mots. "Oui, vous l'avez rendu obligatoire (comme à Taïwan) mais vous ne nous avez pas fourni un seul masque (contrairement à Taïwan)", a tweeté Rezina Dejova. "Nous avons donc été obligés de coudre le nôtre. Pas seulement pour nous, mais aussi pour les médecins, les infirmières, les personnes âgées, les enfants ou de parfaits étrangers", a-t-elle ajouté.

La République tchèque a fermé ses frontières, les écoles et la plupart des magasins pour tenter de ralentir la propagation du virus.