Le président kurde refuse de voir Rice

Plein écran
Massoud Barzani, le président du Kurdistan irakien

Le président du Kurdistan irakien, Massoud Barzani, a refusé mardi de se rendre à Bagdad pour rencontrer la secrétaire d'Etat américain Condoleezza Rice en raison de la "position américaine" sur les opérations turques en Irak, a affirmé le Premier ministre de la région kurde.

"Il avait été décidé que Massoud Barzani se rende à Bagdad pour participer à une réunion avec Condoleezza Rice et des responsables irakiens, mais il n'ira pas en signe de protestation contre la position américaine sur les récents bombardements" turcs, a déclaré le Premier ministre de la région autonome du Kurdistan irakien, Nechirvan Barzani, lors d'une conférence de presse. "Il est inadmissible que les Etats-Unis, chargés de la surveillance de notre espace aérien, autorisent la Turquie à bombarder nos villages", a-t-il poursuivi.

Il était impossible dans l'immédiat d'interroger des responsables américains à ce sujet. Le chef d'état-major turc, Yasar Büyükanit, a affirmé que les bombardements aériens turcs de dimanche contre des positions rebelles kurdes dans le nord de l'Irak avaient reçu l'accord tacite des Américains qui, selon lui, ont "ouvert l'espace aérien" et "fourni des renseignements". Le département d'Etat a refusé de commenter cette information.

Ces bombardements ont été suivis mardi, selon les autorités kurdes, par une incursion de quelque 300 soldats turcs jusqu'à trois kilomètres à l'intérieur du territoire irakien. Ankara n'a pas démenti cette information qui n'avait été commentée jusqu'à maintenant par Mme Rice.

"Nous espérons qu'un terme sera mis à cette incursion qui est une violation de la souveraineté de l'Irak", a déclaré le chef du gouvernement autonome kurde. Il s'agit de la première incursion terrestre de l'armée turque, depuis le début de la crise en octobre, dans le Kurdistan irakien (nord), d'où opèrent des combattants rebelles du Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK).