Plein écran
© AFP

Le président sud-coréen appelle à une prochaine rencontre entre Trump et Kim

Le président sud-coréen Moon Jae-In a appelé de ses voeux mercredi une nouvelle prochaine rencontre entre Donald Trump et le dirigeant nord-coréen Kim Jong Un de peur qu'une impasse prolongée ne brise la dynamique du dialogue.

"Je crois qu'il est aussi souhaitable que le président Kim et le président Trump se rencontrent dans un avenir proche", a déclaré M. Moon en visite à Oslo. "Si la période sans dialogue se prolonge, alors la passion du dialogue pourrait retomber", a-t-il affirmé, un an jour pour jour après un sommet historique entre les dirigeants américain et nord-coréen à Singapour.

Un second sommet entre les deux hommes à Hanoï en février dernier s'était traduit par un échec. "Dans la mesure où le second sommet américano-coréen du nord à Hanoï n'a pas produit d'accord concret et où nous ne voyons pas de dynamique pour un troisième sommet (...), on pourrait dire qu'en apparence nous avons atteint une sorte d'impasse", a estimé M. Moon.

Des lettres “personnelles” 

"Toutefois, même si nous ne sommes pas engagés dans un dialogue officiel, nous échangeons des lettres personnelles et, dans ces lettres personnelles, nous exprimons notre confiance mutuelle ainsi qu'un engagement inébranlable pour la poursuite du dialogue", a-t-il précisé.

Un peu plus tôt, le président Trump avait annoncé avoir reçu une nouvelle lettre "magnifique" et "très chaleureuse" de Kim Jong Un. M. Moon a aussi jugé "désirable" de rencontrer lui-même le dirigeant nord-coréen avant la visite de Donald Trump en Corée du Sud prévue fin juin. "Toutefois, le moment d'une rencontre est du ressort du président Kim", a-t-il dit. 

  1. Une criminelle belge sur une nouvelle liste des femmes les plus recherchées par Europol

    Une criminelle belge sur une nouvelle liste des femmes les plus recher­chées par Europol

    La criminelle quinquagénaire belge Hilde Van Hacker, en cavale avec son compagnon Jean-Claude Lacote après avoir tué un homme d’affaires britannique à la Côte en 1996, figure parmi les visages masqués mis en scène dans la nouvelle campagne “Crime has no gender” (soit “le crime n’a pas de sexe”) lancée vendredi par l’agence européenne de police criminelle Europol et visant à capturer les femmes les plus recherchées d’Europe. “Les gens pensent que d’habitude ces crimes ne sont pas commis par des femmes, mais ils le sont, et ils sont aussi graves que ceux commis par les hommes”, a commenté Tine Hollevoet, porte-parole d’Europol.