Plein écran
Le président ukrainien Viktor Ianoukovitch (à droite) © afp

Le président ukrainien lâche du lest

Le président ukrainien Viktor Ianoukovitch a annoncé vendredi un remaniement du gouvernement et des amendements aux lois répressives controversées à l'occasion d'une session extraordinaire du Parlement prévue pour la semaine prochaine.

Plein écran
Le président ukrainien Viktor Ianoukovitch et Stefan Füle, commissaire européen à l'Elargissement © epa
Plein écran
Vitali Klitschko, l'un des leaders de l'opposition ukrainienne © afp
Plein écran
© ap
Plein écran
© afp
Plein écran
Gouvernement et oppposition © epa

Le chef de l'Etat, qui avait rencontré peu avant le commissaire européen à l'élargissement Stefan Füle, a également averti qu'il emploierait "tous les moyens légaux" à sa disposition s'il ne trouvait pas de solution à la crise avec l'opposition.

Remaniement du gouvernement
"Nous prendrons une décision au cours de cette session: le président signera un décret et nous prendrons la décision de remanier le gouvernement pour former l'équipe gouvernementale la plus professionnelle", a déclaré M. Ianoukovitch au cours d'une rencontre avec des dignitaires religieux.

Amendement des lois répressives
A propos des lois votées la semaine dernière et entrées en vigueur mercredi, qui renforcent les sanctions contre les manifestants, le président a annoncé: "Nous adopterons des modifications de ces lois et nous réglerons cette question".

Manifestant passible de la prison
Le texte prévoit des peines de prison de 15 jours pour l'installation de tentes ou d'estrades dans des endroits publics et jusqu'à cinq ans de prison pour les personnes bloquant des bâtiments officiels. Il a été dénoncé par les pays occidentaux et a entraîné une radicalisation du mouvement, né il y a deux mois du refus de l'Ukraine de signer un accord avec l'UE au profit d'un rapprochement avec Moscou.

Libération de manifestants
M. Ianoukovitch a également confirmé son intention de libérer les militants arrêtés, comme il l'avait promis la veille aux chefs de l'opposition, mais il a adressé un avertissement aux manifestants en cas d'impossibilité de trouver un accord politique.

"Si tout se passe bien, tant mieux. Sinon, nous emploierons tous les moyens légaux", a-t-il indiqué.