Plein écran
Le Prince Andrew, à Bangkok, le 3 novembre. © AFP

Le prince Andrew visé par un scandale sexuel: “Séjourner chez Jeffrey Epstein n’était pas la bonne chose à faire”

Une mémoire très sélective, des explications douteuses et de longs soupirs. Les experts en relations publiques se demandent si le prince Andrew a bien fait de se livrer aux journalistes de la BBC.

Accusé d’avoir eu des rapports sexuels avec des mineures, le prince britannique a nié “absolument et catégoriquement”, à plusieurs reprises, avoir eu des relations sexuelles avec Virginia Giuffre, qui lui avait été présentée par le milliardaire Jeffrey Epstein. Pourtant, le public est resté sceptique face à un Prince pas toujours très convaincant. 

Le prince de 59 ans a une mémoire sélective, mais jure ne pas avoir eu de relations sexuelles avec des mineures. Il a dit ne pas se souvenir des photos très controversées qui ont été prises par Jeffrey Epstein et où il apparait avec la jeune femme. Invoquant des arguments obscurs, il a cherché vainement à convaincre la journaliste qu’il y avait confusion sur la personne. Il a ajouté qu’il avait lancé une enquête pour savoir si les photos avaient été trafiquées, mais qu’il n’avait pas eu de réponse. “La photo a été prise à l’étage et je n’ai jamais été à l’étage”, dit-il. “De plus, il est mis que j’ai fait boire cette fille, alors que je ne bois pas”.

“Aucun regret pour les victimes”

Aimable et presque jovial avec la journaliste, le prince Andrew a semblé ne pas saisir la gravité de la situation et ne s’est que très peu ému devant les accusations de pédophilie qui touchent Jeffrey Epstein. Faits dont il jure qu’il n’était pas au courant. “Durant l’interview, il riait et souriait souvent. À aucun moment, il n’a exprimé ses regrets ou sa préoccupation pour les victimes d’Epstein”, a écrit le journal britannique The Guardian.

Le Prince ne regrette pas non plus son amitié avec le milliardaire. Il dit même que Jeffrey Epstein lui a beaucoup appris en affaires. Il a conservé ensuite leur amitié “par politesse”. Ils se voyaient quelques fois par an et le prince Andrew était heureux de pourvoir profiter des maisons de son ami, quand il était de passage aux États-Unis pour affaires. Quand son ami a été arrêté, il est allé le voir en prison pour lui signifier “qu’il serait bien qu’ils ne soient plus vu ensemble à présent”.

Plein écran
L'interview a été enregistrée jeudi avec la journaliste Emily Maitlis pour BBC Newsnight. Les enregistrements ont eu lieu à Buckingham Palace. © EPA

Trois rapports sexuels forcés

Si le Prince déclare ne pas se souvenir de Virginia Giuffre, il assure avoir mangé dans une pizzeria cette nuit-là avec sa fille, la princesse Béatrice et qu’il s’en souvient “parce qu’il n’a pas l’habitude de faire ça”. La jeune Virginia a aujourd’hui 36 ans et est devenue mère de trois enfants. Elle jure avoir eu trois rapports sexuels forcés avec le Prince. Ils auraient été organisés par Jeffery Epstein, qui s’est suicidé dans sa cellule, avant le début de son deuxième procès pour relations sexuelles et proxénétisme avec des mineurs.

L’actrice Rose McGowan, avocate éminente du mouvement #MeToo a réagi aux déclarations du Prince: “Ça me rend malade”. On connaît la vérité, c’est dégoûtant. Votre monarchie fait partie d’une conspiration prédatrice. Ils doivent régler ce problème”.

Une interview “désastreuse”

Les experts en relations publiques jugent l’entretien désastreux pour l’image du Prince. “Je n’ai jamais rien vu de tel. Vous pouvez l’utiliser comme matériel pédagogique pour tous ceux qui étudient les relations publiques”, a déclaré le consultant britannique Mark Borowski.

Plein écran
Jeffery Epstein © AP