L'Union européenne pourra-t-elle surmonter la crise sanitaire?
Plein écran
L'Union européenne pourra-t-elle surmonter la crise sanitaire? © AFP

“Le projet européen risque de sombrer”

L'épidémie de Covid-19 met en danger "le projet européen qui risque de sombrer" dans les divisions internes à l'UE, a mis en garde lundi le commissaire européen à l'Economie, l'Italien Paolo Gentiloni.

"Le projet européen risque de sombrer. Il est clair que si les divergences économiques entre pays européens augmentent et si la crise accroît les différences entre divers pays européens, au lieu de (les) diminuer (...), il sera très difficile de maintenir en l'état le projet européen", a dit M. Gentiloni à Radio Capital.

L'ancien chef du gouvernement italien souligne par ailleurs qu'une solution doit être trouvée "inévitablement à travers un dialogue avec l'Allemagne sans laquelle on ne trouvera pas un compromis". (Lire la suite sous la photo)

Le commissaire européen à l'Economie, l'Italien Paolo Gentiloni, devant le Berlaymont à Bruxelles, le 13 mars 2020.
Plein écran
Le commissaire européen à l'Economie, l'Italien Paolo Gentiloni, devant le Berlaymont à Bruxelles, le 13 mars 2020. © AFP

Un fossé entre le Nord et le Sud

Un fossé sépare des pays du sud de l'Europe, comme l'Espagne et l'Italie, soutenus par la France, de ceux du nord, menés par les Pays-Bas et l'Allemagne.

Les premiers, les plus touchés jusqu'à présent par la pandémie et dotés de finances publiques fragiles, souhaitent un soutien financier massif de l'UE pour surmonter les conséquences sanitaires, économiques et sociales de la crise. Ils plaident pour une mutualisation des dettes des pays de la zone euro, qui pourraient prendre la forme de "corona bonds", ce que les pays du nord refusent.

"Malheureusement, dans la dynamique des rapports entre les Etats européens, c'est la clé de lecture des crises précédentes qui a pris le dessus. Le fait est que cette discussion, qui est absolument légitime, n'est pas adaptée à la situation que nous vivons", a ajouté M. Gentiloni.

Un sommet de l'UE s'est terminé sans résultat jeudi et a renvoyé une éventuelle prise de décision à dans deux semaines, en dépit de l'urgence imposée par la pandémie.

L'Italie, dont la dette est la deuxième plus élevée de la zone euro après la Grèce, attend de l'UE une plus grande solidarité financière.

 “Un défi historique pour toute l’Europe”

"Nous devons éviter de faire en Europe des choix tragiques. Si l'Europe ne se montre pas à la hauteur de ce défi sans précédent, l'édifice européen tout entier risque de perdre, aux yeux de nos propres citoyens, sa raison d'être", a mis en garde samedi Giuseppe Conte, le chef du gouvernement italien.

Et lundi dans une interview au quotidien espagnol El Pais, il s'en est pris aux pays qui "raisonnent avec un regard vieux, dépassé. Une approche inadéquate pour cette crise".

"Il ne s'agit pas d'une crise économique qui toucherait des pays moins vertueux que d'autres, c'est une crise sanitaire qui a explosé dans le domaine économique et social. C'est un défi historique pour toute l'Europe", a conclu M. Conte.

  1. Gabriel, 14 ans, violemment interpellé après une tentative de vol: “Il risque de perdre un œil”
    France

    Gabriel, 14 ans, violemment interpellé après une tentative de vol: “Il risque de perdre un œil”

    Dans la nuit du 25 au 26 mai dernier, Gabriel, 14 ans, a été interpellé par les forces de l’ordre après avoir tenté de voler un scooter avec un ami à Bondy, près de Paris. Le flou demeure sur les conditions de l’arrestation, rapporte Le Parisien. Le jeune garçon souffre de plusieurs lésions au visage et “risque de perdre son œil” à cause d’une fracture de l’orbite. Il est actuellement soigné à l’hôpital Jean-Verdier de Bondy.
  2. L’histoire émouvante d’un Marine américain qui ne veut pas quitter son chien renifleur de bombes

    L’histoire émouvante d’un Marine américain qui ne veut pas quitter son chien renifleur de bombes

    Un Marine américain a fait équipe avec un chien renifleur de bombes pendant un an, à l’ambassade américaine de Kaboul. Leur déploiement s’arrête cette semaine, ils vont donc devoir se séparer. Richard Pickett-White ne peut se résoudre à quitter son berger malinois répondant au nom d’Abel. Il souhaite acheter le chien, afin qu’il puisse vivre avec lui mais l’entreprise de sécurité à qui il appartient a refusé.