Plein écran
© Photo News

Le renseignement américain avait mis en garde contre le coronavirus dès fin novembre

Selon ABC News, les services de renseignement américains avaient averti que le nouveau coronavirus se propageait rapidement dans la région de Wuhan en Chine et constituait une menace pour la population et la vie quotidienne dès fin novembre. Une mise en garde qui avait visiblement été ignorée par le gouvernement américain.

En novembre, le National Center for Medical Intelligence (NCMI) aurait établi un rapport dans lequel “les analystes avaient conclu qu’il pourrait s’agir d’un événement cataclysmique”, a déclaré l’une des sources de ce rapport à ABC News. Le rapport de renseignement aurait ensuite été transmis “plusieurs fois” à la Defense Intelligence Agency, à l’état-major du Pentagone et à la Maison-Blanche.

Des briefings répétés ont ensuite eu lieu tout au long du mois de décembre au sein du gouvernement américain, y compris au Conseil national de sécurité. Début janvier, un exposé détaillé de la menace a finalement été fait dans un Daily Brief du président - un document présenté chaque matin au président des États-Unis contenant un résumé d’informations classifiées en lien avec la sécurité nationale.

Le rapport soulignait notamment la menace que pouvait représenter la maladie pour les forces militaires américaines déployées en Asie. 

Gestion de la crise critiquée

L’administration Trump a été critiquée pour ne pas avoir réagi assez rapidement pour contenir la pandémie de coronavirus aux États-Unis, qui comptent maintenant le plus grand nombre de cas confirmés dans le monde. Le rapport des services de renseignement est une nouvelle indication que le gouvernement américain avait été averti des risques du virus bien avant que le premier cas ne soit confirmé aux États-Unis à la fin du mois de janvier.

Il contredit également les paroles du président Donald Trump qui a affirmé que la crise était un problème “imprévu” et “inattendu”.

Le ministre de la Défense “pas au courant”

Le ministre américain de la Défense Mark Esper a déclaré dimanche qu’il ne se souvenait pas si le Pentagone avait reçu une évaluation des renseignements sur le nouveau coronavirus en Chine en novembre dernier. “Mais nous avons beaucoup de gens qui suivent cela de près. Nous avons le premier institut de recherche sur les maladies infectieuses en Amérique, au sein de l’armée américaine. Donc, nos gens qui travaillent directement sur ces questions regardent cela tout le temps”, a déclaré M. Esper lors d’une interview sur ABC News.

Lorsqu’on lui a demandé s’il savait s’il y avait eu un briefing au Conseil national de sécurité, M. Esper a répondu qu’il l’ignorait:  “Je ne suis pas au courant de cela”, a-t-il déclaré avant de poursuivre: “Nous devons nous préparer à tout type d’éventualité ou d’environnement de combat dans lequel nous pourrions opérer. C’est pourquoi nous sommes prêts à soutenir l’ensemble des efforts du gouvernement”.

  1. Gabriel, 14 ans, violemment interpellé après une tentative de vol: “Il risque de perdre un œil”
    France

    Gabriel, 14 ans, violemment interpellé après une tentative de vol: “Il risque de perdre un œil”

    Dans la nuit du 25 au 26 mai dernier, Gabriel, 14 ans, a été interpellé par les forces de l’ordre après avoir tenté de voler un scooter avec un ami à Bondy, près de Paris. Le flou demeure sur les conditions de l’arrestation, rapporte Le Parisien. Le jeune garçon souffre de plusieurs lésions au visage et “risque de perdre son œil” à cause d’une fracture de l’orbite. Il est actuellement soigné à l’hôpital Jean-Verdier de Bondy.
  2. L’histoire émouvante d’un Marine américain qui ne veut pas quitter son chien renifleur de bombes

    L’histoire émouvante d’un Marine américain qui ne veut pas quitter son chien renifleur de bombes

    Un Marine américain a fait équipe avec un chien renifleur de bombes pendant un an, à l’ambassade américaine de Kaboul. Leur déploiement s’arrête cette semaine, ils vont donc devoir se séparer. Richard Pickett-White ne peut se résoudre à quitter son berger malinois répondant au nom d’Abel. Il souhaite acheter le chien, afin qu’il puisse vivre avec lui mais l’entreprise de sécurité à qui il appartient a refusé.