Le président russe, Vladimir Poutine, et Sven Biscop, professeur de géopolitique.
Plein écran
Le président russe, Vladimir Poutine, et Sven Biscop, professeur de géopolitique. © Reuters/Pieter-Jan Vanstockstraeten

Le risque nucléaire diminue: le temps des négociations est-il venu? La fin de la guerre est-elle proche? Un expert fait le point

Pour le chancelier allemand Olaf Scholz, le risque d’un recours à l’arme nucléaire par Moscou a fortement diminué. Le président russe Vladimir Poutine a quant à lui affirmé qu'il n’était pas fou: il n’utilisera l’arme nucléaire qu’en cas d’attaque ennemie. “Si on nous frappe, on frappe”, a-t-il ainsi déclaré. Les deux chefs d’État se sont également appelés la semaine dernière pour la première fois depuis longtemps. Le bras de fer va-t-il enfin se déplacer vers la table des négociations? “Poutine semble progressivement réaliser qu'une attitude de plus en plus radicale ne mènera qu'à la perte du soutien de ses pairs”, explique le professeur de géopolitique à l’UGent ainsi qu’à l’Institut Egmont, Sven Biscop, à nos confrères de ‘Het Laatste Nieuws’.