Plein écran
Silvano Tomasi (à gauche), ambassadeur du Vatican auprès de l'ONU © afp

Le Saint-Siège "prend acte" des reproches de l'ONU

PEDOPHILIELe Saint-Siège a "pris acte" mercredi des vifs reproches de l'ONU à son égard concernant les abus pédophiles, mais a rejeté "une tentative d'ingérence" sur les positions de l'Eglise sur l'avortement.

Plein écran
Federico Lombardi, porte-parole du Vatican © getty
Plein écran
Kirsten Sandberg, présidente du Comité des droits de l'enfant, © ap
Plein écran
© reuters

"Le Saint-Siège prend acte des observations finales" du Comité des droits de l'enfant de l'ONU qu'elle examinera "avec attention", promet le Saint-Siège dans un communiqué, qui n'entre pas dans le détail de ces observations.

Le Vatican critique en même temps "une tentative d'ingérence dans l'enseignement de l'Eglise sur la dignité de la personne et l'exercice de la liberté religieuse", en allusion aux critiques du Comité sur les positions traditionnelles du Saint-Siège contre l'avortement et la contraception. Un vieux contentieux entre l'ONU et le Vatican.

"Le Saint-Siège réitère son engagement dans la défense et la protection des droits de l'enfant, en accord avec les principes promus par la Convention sur les droits de l'enfant et en vertu des valeurs morales et religieuses offertes par la doctrine catholique", souligne le Saint-Siège.

Le Comité des Nations unies a demandé au Vatican de déférer devant la justice tous les pédophiles au sein de l'Eglise, critiquant l'attitude du Saint Siège dans le passé.

Il a souligné dans son rapport publié à Genève "sa profonde préoccupation quant aux abus sexuels d'enfants par des membres de l'Eglise catholique placés sous l'autorité du Saint Siège".

Ce rapport fait suite à l'examen le mois dernier par le Comité -constitué de 18 experts indépendants des droits de l'Homme de divers pays- de la position du Vatican sur ces questions. Une délégation avait alors répondu aux questions des experts.