Plein écran
© Getty Images

Le terrain de foot d'une école fermé parce que les enfants font trop de bruit

Les autorités néerlandaises ont ordonné la fermeture du terrain de football d'une école primaire à cause du bruit, une décision qui a provoqué des protestations et même des questions au parlement du pays mercredi.

Les habitants d'un nouvel ensemble d'appartements de luxe se sont plaints des cris et hurlements d'élèves de l'école primaire De Buut, dans la vieille cité de Nimègue, près de la frontière allemande. Les autorités ont mesuré un volume sonore de 88 décibels venant de ce terrain, alors que le maximum légal autorisé est de 70 décibels, et ont demandé en conséquence sa fermeture, a rapporté le quotidien De Volkskrant.

“Bizarre”

La principale de l'école, Janneke Colsen, a qualifié la situation de "bizarre", son établissement risquant une amende de 10.000 euros si elle ne ferme pas le terrain avant la fin du mois. "Ceci est absolument malhonnête envers les enfants, d'autant que nous insistons actuellement sur le fait qu'ils doivent jouer davantage à l'extérieur", a-t-elle dit au Volkskrant.

La semaine dernière, enfants et parents ont manifesté pour porter jusqu'à l'hôtel de ville de Nimègue une pétition de 3.800 signatures, a rapporté le quotidien chrétien Trouw.

Les protestataires ont érigé une bannière près du terrain, avec l'inscription "les lionnes hollandaises doivent bien commencer quelque part", en référence à l'équipe nationale de football féminin parvenue en finale de la coupe du monde dimanche.

"Le niveau de bruit acceptable a clairement été dépassé, et nous avons dû agir", a cependant commenté un conseiller municipal de la gauche écologiste, Noel Vergunst.

Le Parlement s’en mêle

Au parlement, deux députés ont posé mercredi des questions au ministre de l'éducation Arie Slob sur le terrain en question, vieux de 40 ans, et le sujet faisait des gros titres dans la presse nationale. "Est-il vrai que ce petit terrain existait avant les nouveaux appartements?", a demandé l'un d'eux.

"Les enfants doivent tout simplement être autorisés à faire du sport et à bouger", a écrit sur Twitter Rudmer Heerema, un député du parti VVD du Premier ministre Mark Rutte.