Plein écran
© thinkstock

Les accords de libre-échange sont bons pour le secteur agroalimentaire

Les accords commerciaux de libre-échange sont bons pour le secteur agroalimentaire et permettent la création d'emplois dans le secteur, affirme lundi une étude indépendante commandée par la Commission européenne. L'étude ne s'est cependant pas penchée sur la qualité des emplois créés.

Les auteurs de l'étude, Copenhagen Economics, se sont penchés sur les effets pour l'industrie agroalimentaire de trois accords commerciaux conclus par l'UE: celui avec le Mexique, celui avec la Corée du Sud et celui avec la Suisse. L'abolition des tarifs douaniers et autres "obstacles commerciaux" ont permis de gonfler les exportations européennes de 105 millions d'euros vers le Mexique en 2013, de 439 millions d'euros en 2015 avec la Corée du Sud et d'augmenter de 532 millions d'euros les exportations vers la Suisse en 2010.

Plus globalement, les exportations agroalimentaires européennes ont atteint une valeur de 130.7 milliards d'euros en 2016, avec des hausse particulièrement fortes vers les Etats-Unis et la Chine.

Les accords commerciaux permettent également de créer de l'emploi, a souligné lundi lors d'une conférence de presse le commissaire européen à l'Agriculture Phil Hogan. Mais l'étude ne se penche pas sur la qualité des emplois créés, a-t-il reconnu.

La Belgique a perdu 63% de ses fermes entre 1985 et 2015, mais la surface des fermes restantes s'est élargie.

Le secteur agroalimentaire est également constitué de l'industrie de transformation des produits issus de l'agriculture et de la pêche en produits alimentaires.