"Les agresseurs sexuels étaient des réfugiés"

VideoKysia Hekster, une journaliste de la chaîne de télévision néerlandaise NOS, a discuté avec Oliver Köhler suite aux agressions sexuelles perpétrées à grande échelle à Cologne le soir du Nouvel An. Pour ce journaliste d'investigation allemand (WDR) spécialisé dans les affaires criminelles, il n'y a aucun doute: "Les agresseurs sexuels étaient des réfugiés, qui prétendent être des demandeurs d'asile mineurs".

Plein écran
© afp
Plein écran
© epa

Selon l'expert Oliver Köhler, spécialiste dans les affaires criminelles en Allemagne, le quartier de la gare de Cologne (l'endroit où ont eu lieu les agressions sexuelles) connaît une kyrielle de problèmes depuis des mois avec plusieurs groupes d'hommes originaires d'Afrique du Nord. Ce n'est donc pas une surprise pour la police allemande. Ces jeunes délinquants ont souvent essayé de voler ou d'agresser sexuellement plusieurs femmes.

Modus operandi
"Le modus operandi d'encercler, toucher, d'agresser sexuellement et dépouiller la victime est précisément celui d'un groupe qui est connu", ajoute Oliver Köhler (voir sous l'article).

Oliver Köhler affirme aussi que les délinquants sont des "réfugiés arrivés en Allemagne et ils se présentent comme des demandeurs d'asile mineurs".

Appel à témoins
"Avec l'arrivée en masse de réfugiés en Allemagne au cours de ces derniers mois, les dossiers sur les demandes d'asile des mineurs restent souvent sans suite. Dès lors, il est plus facile pour eux de commettre des crimes sans courir le risque d'être expulsés", ajoute le journaliste allemand.

Mercredi soir, la police de Cologne a fait un nouvel appel à témoins. Les enquêteurs recherchent activement d'autres victimes. Seules cinq personnes ont été arrêtées dans cette affaire.

Stuttgart et Hambourg
"J'ai senti un doigt dans chaque orifice de mon corps. J'ai crié au secours et ils se moquaient de moi", a raconté l'une des victimes des agressions sexuelles perpétrées à grande échelle à Cologne le soir du Nouvel An.

"Le tout semble avoir été coordonné", a déclaré le ministre allemand de la Justice Heiko Maas sur la chaîne télévisée ZDF. Des faits de violences similaires ont été recensés dans la nuit du 31 décembre au 1er janvier à Stuttgart et Hambourg.