Plein écran
© epa

Les Canaries s'opposent aux prospections pétrolières

Le président de la région des Canaries, Paulino Rivero, a menacé jeudi d'une "rupture des relations" avec Madrid, après le feu vert donné par le gouvernement à Repsol pour procéder à des prospections pétrolières au large de l'archipel touristique.

Selon un avis publié mercredi au Bulletin officiel, le ministère de l'Industrie a accordé au géant pétrolier une autorisation, valable trois ans, pour rechercher du pétrole à une cinquantaine de kilomètres au large des côtes des îles de Lanzarote et de Fuerteventura, avec trois sondes et à une profondeur de 3 à 7 kilomètres. L'entreprise devra en contrepartie constituer une garantie de 20 millions d'euros pour "couvrir ses responsabilités environnementales" et arrêter ses opérations en cas d'activité sismique supérieure à 4,5 sur l'échelle de Richter dans la région.

Le groupe espagnol a déjà fait savoir qu'il espérait commencer la prospection sous-marine au dernier trimestre de cette année.

Son patron, Antonio Brufau, fait valoir que l'exploitation d'hydrocarbures pourrait générer 5.000 emplois dans l'archipel, touché par un taux de chômage de plus de 30%. Mais les autorités locales et les écologistes s'opposent à cette idée.

"Les Canaries ne sont pas à vendre", a martelé Paulino Rivero, à la tête de la coalition nationaliste de centre droit Coalicion Canaria, lors d'une conférence de presse jeudi. Il a demandé une intervention du chef du gouvernement conservateur, Mariano Rajoy, dans le dossier. Il a aussi mis en garde contre toute différence de traitement entre les Canaries et les îles des Baléares, dirigées par les conservateurs du PP, aussi concernées par un projet d'exploration pétrolière. Faute de quoi il pourrait se produire "une rupture des relations institutionnelles entre les Canaries et le gouvernement espagnol", a avertit Paulino Rivero.

  1. Un pickpocket interpellé lors d'un concert avec 30 téléphones dans son short grâce à un tuyau de la police belge
    Play

    Un pickpocket interpellé lors d'un concert avec 30 téléphones dans son short grâce à un tuyau de la police belge

    Un trentenaire roumain, qui avait caché une trentaine de téléphones volés dans le short cycliste qu’il portait sous ses vêtements, a été arrêté mardi passé aux Pays-Bas, en marge d’un concert de Sum 41 dans la salle AFAS Live à Amsterdam, grâce à un tuyau de la police belge, suite au vol similaire d’une cinquantaine de téléphones lors d’un concert du même groupe canadien le 14 janvier à la Lotto Arena à Anvers.
  2. Une nouvelle demande de remise en liberté de Patrick Balkany rejetée

    Une nouvelle demande de remise en liberté de Patrick Balkany rejetée

    La cour d'appel de Paris a à nouveau rejeté lundi une demande de mise en liberté du maire de Levallois-Perret Patrick Balkany, 71 ans, une semaine avant l'ouverture de son procès en appel pour blanchiment aggravé. La cour a également rejeté une demande d'abaissement de la caution de 500.000 euros imposée à l'élu - actuellement incarcéré à la prison parisienne de la Santé - dans le cadre du contrôle judiciaire accordé après sa condamnation pour fraude fiscale.