Selim Idriss
Plein écran
Selim Idriss © afp

Les chefs rebelles syriens appellent le Congrès à autoriser les frappes

Le Congrès américain doit approuver des frappes contre le régime syrien afin de "restreindre les capacités destructrices" de Bachar al-Assad, appellent les chefs de la rébellion syrienne dans une tribune mardi dans le Washington Post.

"S'il vous plaît, autorisez le président Obama à agir contre Assad et à le stopper sur son chemin de mort", implorent Ahmad Jarba, le chef de la coalition nationale syrienne, et Selim Idriss, le chef d'état-major de l'Armée syrienne libre.

Le Sénat et la Chambre des représentants débattent d'une résolution en faveur d'une action militaire limitée contre la Syrie, à laquelle de nombreux élus semblent opposés.

Pour les deux chefs rebelles, "l'histoire montre qu'Assad ne comprend que les feux verts ou les feux rouges, et rien entre les deux". Jusqu'à maintenant, "les tergiversations des pays les plus puissants du monde ont renforcé non seulement le régime brutal d'Assad mais aussi les desseins extrémistes de terroristes de type d'al-Qaïda infiltrés en Syrie depuis l'est", c'est-à-dire l'Irak, ajoutent-t-ils. "Ils ne combattent pas seulement Assad mais, plus grave, ceux qui s'opposent à Assad", mettent en garde Ahmad Jarba et Selim Idriss.

Le président américain doit prononcer mardi soir un discours solennel pour tenter de rallier les Américains au principe de frappes pour dissuader le régime syrien de recourir à nouveau à des attaques à l'arme chimique.

Mais la perspective d'un vote rapide du Congrès sur ce dossier semble s'éloigner après la proposition faite lundi par la Russie à ses alliés syriens de placer leur stock d'armes chimiques sous contrôle international et de le détruire, une proposition accueillie "favorablement" par Damas.