Plein écran
Manfred Weber (PPE) © Michael Kappeler/dpa

Les chrétiens-démocrates restent la plus grande famille, les Verts progressent

européennesLes chrétiens-démocrates du PPE reculent mais restent la plus grande famille politique au sein du Parlement européen avec 173 sièges (-43), ressort-il d'une projection réalisée par le Parlement européen sur base des estimations disponibles dans 11 Etats membres et des derniers sondages réalisés avant le scrutin dans les 17 autres pays.

Les socialistes et démocrates du S&D arrivent en deuxième position avec 147 sièges, soit 38 de moins que lors de la précédente législature.

Le groupe libéral de l'ALDE, allié à la liste Renaissance (LREM du président français Emmanuel Macron), empoche quant à lui 102 sièges, ce qui en fait le 3e de l'hémicycle.

Les Verts sont crédités de 71 sièges, soit 19 de plus qu'en 2014. Les écologistes ont enregistré de bons résultats en Allemagne, où ils se placent en deuxième position derrière la CDU-CSU d'Angela Merkel, et en France où ils obtiennent la troisième position derrière le Rassemblement National et la liste d'Emmanuel Macron.

Les conservateurs et réformistes européens (CER) sont, avec 58 sièges, la cinquième force politique, juste devant le groupe d’extrême droite de l’Europe des Nations et des Libertés (ENL) avec 57 sièges et l’EFDD de l’eurosceptique britannique Nigel Farage à 56 sièges. Le groupe d’extrême gauche de la GUE obtiendrait, lui, 42 sièges.

Les résultats de cette première projection sont très provisoires.

Plein écran
Philippe Lamberts © photo_news

“Je suis sur un petit nuage”, a commenté le co-président du groupe des Verts/ALE au Parlement européen, le Belge Philippe Lamberts, après l’annonce des bonnes performances des écologistes.

Malgré la satisfaction de la victoire, “on ne pèse toujours que 10% du Parlement”, a analysé Philippe Lamberts. Les Verts comptent toutefois utiliser leur progression pour tenter d’entrer dans une majorité, mais pas à n’importe quel prix. “Sans changement vérifiable pour nos concitoyens, ce sera sans nous! Bien sûr, changer tout du jour au lendemain est irréaliste, donc la vérité se trouvera sans doute entre les deux”, a ajouté le Belge.