Plein écran
Jesus Escudero, l’un des cinq hommes de la “Meute”, a été condamné à 15 ans de prison pour viol. © EPA

Les cinq hommes de "la Meute" condamnés à 15 ans de prison pour viol

 La Cour suprême espagnole, la plus haute instance judiciaire du pays, a condamné à 15 ans de prison les cinq hommes accusés du viol d’une jeune fille de 18 ans durant les fêtes de la San Fermín en 2016. Elle a ainsi alourdi la peine de José Ángel Prenda, Antonio Manuel Guerrero, Jesús Escudero, Ángel Pozas et Alfonso Jesús Cabezuelo, condamnés à neuf ans de prison par le tribunal de Navarre.

Les cinq hommes de Séville (sud) ont été condamnés pour le viol collectif d’une jeune femme, alors âgée de 18 ans, à l’entrée d’un immeuble de Pampelune (nord) en juillet 2016, en marge de ces fêtes brassant des centaines de milliers de touristes. Ils avaient filmé leurs actes et envoyé la vidéo sur un groupe WhatsApp, où ils se surnommaient “La Meute”, accompagnée du message: “En train d’en baiser une à cinq”.

En avril 2018, ils avaient été condamnés en première instance pour abus sexuel, et non pour agression sexuelle, cette dernière catégorie comprenant les viols en Espagne. En réaction, des manifestations contre la “justice patriarcale” avaient éclaté à travers l’Espagne, et l’affaire avait suscité l’indignation dans le pays où la lutte contre les violences faites aux femmes est une cause nationale.

La décision des cinq juges, tous des hommes, avait ensuite été confirmée en appel. Deux magistrats avaient toutefois estimé que les cinq accusés devaient être condamnés pour viol à 14 ans et trois mois de prison, tandis qu’un autre s’était prononcé en faveur d’un acquittement. La défense soutenait que la jeune femme était consentante puisque qu’elle n’avait jamais semblé dire “non” à l’image.

Des appels s’étaient alors multipliés pour un durcissement du code pénal espagnol, qui stipule qu’il doit y avoir “intimidation” ou “violence” pour que le chef d’accusation de viol puisse être retenu. 

Plein écran
Angel Boza, l’un des condamnés. © EPA
Plein écran
L’affaire avait déclenché un vaste mouvement de protestation en Espagne. © epa
  1. Perpétuité pour l'assassin d'une jeune touriste belge au Canada

    Perpétuité pour l'assassin d'une jeune touriste belge au Canada

    Sean McKenzie, un Canadien de 27 ans, a été condamné mardi à la prison à vie pour le viol et l'assassinat d’Amélie Sakkalis, une touriste belge de 28 ans, sauvagement tuée à l'été 2018 en Colombie britannique, rapporte le Vancouver Sun. L'homme, qui a reconnu les faits, est libérable à partir de 2042 mais restera vraisemblablement plus longtemps derrière les barreaux, celui-ci n'ayant jamais expliqué son geste.