Plein écran
- © France2

Les dernières images et l’appel à l’aide de Simon Gautier

Le corps sans vie du randonneur français Simon Gautier, disparu il y a neuf jours au sud de Naples, en Italie, a été retrouvé dimanche au fond d’un ravin. La veille de sa disparition, le jeune homme a été filmé par des caméras de surveillance dans la ville de départ de son périple.

Simon Gautier a été filmé par une caméra de vidéosurveillance le 8 août dernier, jour de son départ. Sur les images, diffusée par France 2, on peut voir le jeune homme de 27 ans, sac de randonnée sur le dos, passer devant une agence de location de canoë-kayak, dans la ville de Policastro, en Italie. 

Le lendemain, vendredi 9 août, peu après 9H00, le Français a appelé les secours avec son téléphone portable. L’enregistrement de cet appel a été diffusé par BFMTV avec l’accord de sa famille. On peut ainsi entendre le jeune homme expliquer être tombé d'une falaise et s’être cassé les deux jambes. “Vous nous appelez de quelle ville?”, demande l’opératrice du centre d’appel d’urgence. “Je ne sais pas. Est-ce que vous pouvez me localiser?”, lui répond Simon. “Non, on ne peut pas”.

“Je suis au milieu de nulle part, sur la côte (...) Je suivais un sentier mais je l’ai perdu”, explique-t-il ensuite. 

Opérations pour récupérer le corps

Le corps de Simon Gautier a finalement été retrouvé dimanche après neuf jours de recherches. Selon les médias italiens, il a été découvert dans un ravin après qu’un secouriste a repéré son sac à dos de loin, aux jumelles. Des opérations sont en cours ce lundi pour le récupérer. Dans cette zone escarpée où les falaises plongent dans la mer sur la commune de San Giovanni a Piro, à près de 200 km au sud de Naples, les secouristes ont prévu de placer le corps sur une civière et de le faire descendre à l’aide de cordes jusqu’à une petite plage en contre-bas. De là, une vedette des garde-côtes doit le récupérer et le porter au petit port de Scario pour le remettre aux autorités.

Le jeune homme, qui vivait depuis deux ans à Rome pour rédiger une thèse en histoire de l’art, avait prévu une randonnée en solitaire de Policastro Bussentino à Naples. Il avait d’ailleurs envoyé à ses proches une photo de son sac à dos qui contenait notamment de l’eau et des vivres.

Plein écran
© AFP