Plein écran
© Photo News

Les Etats-Unis ne cherchent pas à entrer en guerre contre l'Iran

Les Etats-Unis ne cherchent pas à entrer en guerre contre l'Iran, a assuré jeudi le nouveau chef du Pentagone, Mark Esper, au terme d'une réunion des ministres de la Défense de l'Otan. Washington appelle les alliés européens à encourager Téhéran à s'assoir à la table des négociations afin de privilégier "la voie diplomatique" et éviter ainsi un éventuel conflit.

"Nous souhaitons que l'Iran revienne sur la voie de la diplomatie et qu'elle revienne à la table des négociations", a souligné M. Esper lors d'une conférence de presse au siège bruxellois de l'Alliance atlantique.

Washington souhaite en effet, à l'appel du président américain Donald Trump lancé ces derniers jours, une rencontre entre les Etats-Unis, leurs partenaires et l'Iran. "Les Européens doivent soutenir cette solution diplomatique", a insisté le patron de la Défense américaine, qui faisait ses premiers pas sur la scène internationale depuis son entrée en fonction.

Relations tendues

Il a cependant souligné que les Etats-Unis feraient tout pour défendre leurs intérêts et ceux de leurs partenaires dans la région. Afin d'éviter une escalade des tensions, M. Esper a notamment appelé Téhéran à assurer la liberté de navigation dans le Golfe persique. Il a dénoncé le blocage de six navires dans le Golfe persique, mais aussi la destruction d'un drone américain "dans l'espace aérien international".

M. Esper a annoncé qu'il reviendra en juillet à l'Otan afin de "briefer les alliés sur l'évolution de la situation en Iran et notre perspective sur ce qu'il s'est passé (entre l'Iran et les Etats-Unis) durant ces trois derniers mois. Nous souhaitons manifester notre inquiétude que cette situation puisse dégénérer en conflit et condamner le mauvais comportement de l'Iran". Il a également accusé Téhéran de semer le chaos au Moyen-Orient depuis 40 ans.

M. Trump accuse Téhéran de chercher à obtenir l'arme atomique et de soutenir les terroristes dans la région. Peu avant l'ouverture du sommet du G20, il a même déclaré que les Etats-Unis seraient en position de force en cas de guerre contre l'Iran et qu'un éventuel conflit, qui n'impliquerait pas de troupes au sol, "ne durerait pas très longtemps".