Plein écran
© reuters

Les locaux d'AirAsia investis par la police en Inde

La police indienne a investi mardi les locaux de la compagnie aérienne à bas coût AirAsia dont le patron Tony Fernandes est accusé d'avoir obtenu illégalement des licences.

Selon le Bureau central de l'Investigation, M. Fernandes est soupçonné d'avoir fait du lobbying auprès de fonctionnaires indiens afin d'obtenir des faveurs pour sa compagnie.

"Nous avons déposé une plainte contre le patron d'AirAsia Tony Fernandes, ses collègues et des responsables du gouvernement pour obtention illégale de licences", a indiqué à l'AFP un responsable du Bureau R.K. Gaur. Des policiers ont investi les locaux d'AirAsia dans les principales villes indiennes dans le cadre de cette enquête, a-t-il précisé. Contactée par l'AFP, une porte-parole d'AirAsia s'est refusée à tout commentaire dans l'immédiat.

Le patron de la compagnie est accusé d'avoir agi afin d'obtenir des assouplissements aux règlements de l'aviation en faveur d'AirAsia, selon l'agence de presse Press Trust of India (PTI). L'un de ces règlements stipule que les compagnies doivent avoir cinq ans d'expérience des vols domestiques et une flotte de 20 avions pour être autorisées à opérer à l'étranger.

Trois autres personnes visées
Outre M. Fernandes, l'enquête concerne le directeur d'AirAsia, un conseiller de l'aviation et un responsable du gouvernement, selon PTI. AirAsia et son partenaire local Tata Sons ont lancé des vols domestiques en Inde en 2014 avec des promotions visant à attirer des petits budgets.

Le millionnaire Tony Fernandes, qui a travaillé dans le passé dans l'industrie musicale avec le Britannique Richard Branson, se positionne comme son alter ego asiatique.

La compagnie connaît des difficultés depuis la démission en mai du PDG d'Air Asia India, Amar Abrol. La compagnie aérienne effectue actuellement des vols depuis Bangalore et New Delhi vers plusieurs destinations dont Goa, Jaipur et Kochi.