Les minorités du Kosovo fuient le pays

Les minorités vivant au Kosovo sont forcées d'abandonner ce territoire en raison de différentes discriminations et de leur exclusion de la société, a indiqué le "Minority right group" basé à Londres dans un rapport diffusé mercredi.

"Minority right group"
"De nombreux membres des minorités Ashkali, Bosniaque, Croate, Gorani, Rome, Serbe et Turque abandonnent le Kosovo car ils font face à une exclusion (de la société) et à des discriminations à de nombreux niveaux", indique un communiqué de ce groupe diffusé de concert avec le rapport.

L'indépendance proclamée unilatéralement par le Kosovo en février 2008 et l'opposition de la Serbie à cette proclamation ont laissé un "vide" dans la protection internationale des minorités, indique le communiqué. "Les restrictions à la liberté de mouvement, l'exclusion de la vie politique économique et sociale sont particulièrement ressenties par les petites communautés ethniques", a précisé Mark Lattimer, haut responsable de ce groupe.

90% d'Albanais au Kosovo
"Ces minorités souffrent de plus d'un manque d'accès aux informations et à une éducation dans leurs propres langues", a-t-il dit. "Cela, en plus des conditions économiques précaires, a résulté par des départs de membres de ces minorités du Kosovo", a ajouté M. Lattimer.

Le groupe ne fournit cependant aucun chiffre dans ce communiqué sur le nombre de personnes appartenant à des minorités qui ont quitté le Kosovo. Le Kosovo, où les Albanais représentent environ 90% des deux millions d'habitants, a été reconnu à ce jour par 60 pays, parmi lesquels les Etats Unis et 22 des 27 pays membres de l'Union européenne. (belga/th)