Plein écran

Les musulmans peuvent boire le café le plus cher au monde

Les hautes autorités musulmanes en Indonésie ont décidé mardi de ne pas interdire aux musulmans la dégustation du café "luwak", considéré comme le meilleur et le plus cher au monde, bien qu'il soit récolté dans les excréments d'un petit mammifère. Cette fabrication particulière posait problème depuis de longues années à certains musulmans, qui considéraient ce café comme "haram", impropre à la consommation. Mais, à l'issue d'une réunion mardi, le Conseil des Oulémas a décidé de ne pas édicter de fatwa interdisant le "café de civette" ("kopi luwak" en indonésien) aux musulmans.

"Après une longue discussion, nous avons décidé que boire le café luwak n'était pas un péché", a déclaré Ma'ruf Amien, le président de la plus haute autorité religieuse du pays. "Ce n'est pas interdit tant que les grains de café sont nettoyés à l'eau pour être débarrassés des traces d'excréments", a-t-il précisé.

Le "luwak" est produit par les civettes, petits mammifères ressemblant à des fouines, qui ne se nourrissent que de cerises de café. Mais elles ne digèrent pas les grains, qui sont rejetés fermentés par les voies naturelles... Une fois séchés et torréfiés, ils font un breuvage moins amer que le café traditionnel et ayant un goût caramélisé ou chocolaté.

En raison de ce mode de fabrication très artisanal, le "luwak" est rare avec une production estimée à seulement 200 kg par an dans le monde. Son prix peut atteindre à l'international jusqu'à 500 dollars le kilo, ce qui en fait le café le plus cher, selon l'association des producteurs de café. De ce fait, l'appellation est parfois galvaudée, certains producteurs mélangeant d'authentiques grains de civette avec du café ordinaire. En Indonésie, le "luwak" est produit dans les îles de Java, Bali, Sumatra ou Sulawesi (Célèbes). (afp/chds)

  1. Perpétuité pour l'assassin d'une jeune touriste belge au Canada

    Perpétuité pour l'assassin d'une jeune touriste belge au Canada

    Sean McKenzie, un Canadien de 27 ans, a été condamné mardi à la prison à vie pour le viol et l'assassinat d’Amélie Sakkalis, une touriste belge de 28 ans, sauvagement tuée à l'été 2018 en Colombie britannique, rapporte le Vancouver Sun. L'homme, qui a reconnu les faits, est libérable à partir de 2042 mais restera vraisemblablement plus longtemps derrière les barreaux, celui-ci n'ayant jamais expliqué son geste.