Plein écran
© reuters

Les patrimoines des ministres français publiés lundi

Conséquence du scandale Cahuzac, le patrimoine des ministres va être rendu public lundi, une première en France qui suscite la controverse, des voix s'élevant jusque dans la majorité pour dénoncer du "voyeurisme". Rassemblés depuis jeudi par le secrétariat général du gouvernement, les patrimoines des 37 membres du gouvernement devraient être publiés lundi après-midi.

Plein écran
Plein écran

Avant même cette publication, certains ministres ont pris les devants, à l'instar d'Arnaud Montebourg (Redressement productif) ou Marie-Arlette Carlotti (Lutte contre l'exclusion). M. Montebourg a ainsi déclaré, dans Le Monde daté du 10 avril, être notamment "nu-propriétaire à 50% d'une place de parking souterrain située avenue du Maréchal-Foch à Dijon, d'une valeur inconnue, qu'(il tient) en succession de (son) père".

"J'ai une 407 Peugeot de 2007 et un fauteuil Charles Eames que j'ai acheté pour 28.000 francs", précise aussi le ministre. C'est sa collègue Mme Carlotti qui avait dégainé la première en se déclarant propriétaire, entre autres, de deux appartements, l'un à Marseille, l'autre en Haute-Corse, ainsi que d'une maison dans l'Hérault, d'une valeur totale de 565.000 euros.

Les deux ministres écologistes, Cécile Duflot (Logement) et Pascal Canfin (Développement), ont eux aussi détaillé leur patrimoine. Mme Duflot dispose ainsi d'une maison dans les Landes ainsi que de deux voitures, une Twingo et une 4L. En hâtant la publication de ces patrimoines, l'exécutif, toujours ébranlé par les suites de l'affaire Cahuzac, espère bien tourner cette page douloureuse et reprendre la main.

D'autant plus que l'opinion est favorable à cette mesure. Plus de six Français sur dix estiment nécessaire la publication du patrimoine des hommes politiques, même si sept sur dix seraient indifférents s'ils apprenaient qu'un ministre ou un député était très riche, selon un sondage IFOP dans le Journal du Dimanche.