Plein écran
© afp

Les Pussy Riot "anti-poutine", détenues par la justice russe jusqu'en janvier

UpdateUn tribunal de Moscou a ordonné vendredi le maintien en détention jusqu'en janvier 2013 des trois membres du groupe Pussy Riot arrêtées il y a quatre mois pour une "prière punk" anti-Poutine dans la cathédrale de la capitale russe, a constaté l'AFP.

Le tribunal Khamovnitcheski de Moscou a ordonné le maintien en détention pour six mois des trois jeunes femmes, membres du groupe de punk Pussy Riot. Elles sont enfermées depuis plus de quatre mois pour une "prière anti-Poutine" dans la principale cathédrale de Moscou.

Le procés s'est ouvert ce vendredi dans la capitale russe.Nadejda Tolokonnikova, 22 ans, Ekaterina Samoutsevitch, 29 ans, et Maria Alekhina, 24 ans, qui encourent jusqu'à sept ans de prison pour "hooliganisme", sont apparues souriantes dans la cage des prévenus au début de cette audience au tribunal Khamovnitcheski de Moscou, selon une journaliste de l'AFP.

De nombreux journalistes se sont bousculés dans les locaux du tribunal qui doit notamment fixer vendredi les dates des audiences suivantes et décider si celles-ci seront ouvertes au public ou se dérouleront à huis clos.

Les trois jeunes femmes sont poursuivies pour avoir improvisé le 21 février, encagoulées, avec guitares et sonorisation, une "prière punk" intitulée "Marie mère de Dieu - chasse Poutine!" à l'intérieur de la cathédrale du Christ-Sauveur, dans la capitale russe.

Fin juin, plus de 100 artistes russes avaient pris la défense de ces jeunes femmes en publiant une lettre ouverte dans laquelle ils appelaient à leur libération, estimant que de telles poursuites "discréditaient le système judiciaire russe".