Photo prétexte
Plein écran
Photo prétexte © Getty Images/iStockphoto

Les recommandations pour les voyages en avion à l’heure du Covid-19

L'Agence européenne de la sécurité aérienne (EASA) et le Centre européen de prévention et de contrôle des maladies (ECDC) recommandent des mesures de distanciation physique "dans la mesure du possible" et le port d'un masque médical pour les voyages en avion.

Dans un document publié mercredi, ces deux agences de l'UE émettent une série de lignes directrices pour "assurer la sécurité sanitaire des passagers aériens et du personnel du secteur de l'aviation au moment de la reprise des programmes de vols".

"Le protocole publié aujourd'hui pourra rassurer les passagers sur la sécurité de leur voyage en avion, et ainsi aider l'industrie à se remettre des effets de cette pandémie", a estimé la commissaire européenne chargée des transports, Adina Valean, citée dans un communiqué.

"L'assurance d'une sécurité sanitaire est un facteur crucial pour la reprise des vols commerciaux", a également souligné le directeur exécutif de l'EASA, Patrick Ky. "Il revient maintenant aux compagnies aériennes et aux aéroports d'adapter les recommandations à leurs installations et opérations".

Exception pour les enfants de moins de six ans

Les agences recommandent le port par tous les passagers et le personnel aérien de masques médicaux, depuis leur entrée dans l'aéroport de départ jusqu'à leur arrivée à destination, avec une exception possible pour les enfants de moins de six ans. 

Ces masques doivent être changés toutes les quatre heures, et les passagers doivent s'assurer d'en avoir en quantité suffisante, mais les compagnies sont aussi incitées à avoir un stock pour pourvoir aux besoins. Une distanciation physique d'1,50 m est recommandée, si possible à toutes les étapes du voyage. 

Dans l'avion, "quand cela est permis par le nombre de passagers et la configuration de la cabine", les compagnies "doivent garantir, dans la mesure du possible, la distanciation physique des passagers": par exemple en laissant au moins un siège vide entre eux, en augmentant la distance entre les sièges ou en laissant vide un rang sur deux.Si cette distanciation n'est pas possible, les "passagers et membres d'équipage doivent appliquer constamment toutes les autres mesures préventives", est-il précisé.

L'Association internationale du transport aérien (IATA), qui groupe 290 compagnies aériennes, a déjà fait part de son opposition à de telles mesures de distanciation physique, estimant qu'elles feraient tomber le taux de remplissage des avions sous le seuil de rentabilité et feraient grimper les prix des billets.

Outres des mesures d'hygiène comme le lavage fréquent des mains et la désinfection du matériel, les agences européennes préconisent aussi que les services à bord des avions soient réduits au "minimum nécessaire" et que l'accès aux terminaux des aéroports soit réservé aux passagers et membres du personnel.