Plein écran
© Getty Images/iStockphoto

Les saisies de cocaïne ont quasiment doublé au Brésil

Plus de 25 tonnes de cocaïne à destination de l'Europe ou de l'Asie ont été saisies au premier semestre au Brésil, une augmentation de 91,7% par rapport à la même période de 2018, grâce à une hausse des contrôles aux frontières, ont annoncé lundi les autorités douanières.

Pour l'ensemble de “l'année dernière, nous avons saisi 31,4 tonnes de cocaïne. C'était un record, que nous allons sûrement battre à nouveau”, a affirmé Arthur Cazella, un des responsables des services de douanes du Brésil.

Des 25,3 tonnes saisies lors des six premiers mois de l'année, près de la moitié (12,1 tonnes) l'ont été au port de Santos, le plus grand d'Amérique du sud.

Pour ce qui est du cannabis, les saisies ont bondi de 3,9 tonnes au premier semestre 2018 à 10,2 tonnes de janvier à juin de cette année.

Le Brésil, qui compte 17.000 km de frontières terrestres, est une vraie plaque tournante du trafic international de stupéfiants.

La drogue produite en Colombie, Bolivie, Venezuela et Paraguay est ensuite envoyée, la plupart du temps par bateau, vers des pays européens, notamment la Belgique, les Pays-Bas, l'Espagne, la France ou l'Italie. “Certaines routes vers l'Afrique ont aussi commencé à être ouvertes”, a précisé M. Cazella.

Des méthodes à la pointe

Les saisies de cocaïne ont augmenté de façon exponentielle ces dernières années, passant de 958 kg en 2014 à 2,5 tonnes en 2015, plus de 15 tonnes en 2016 puis 18,7 tonnes en 2017.

Une hausse due à une meilleure coordination des pouvoirs publics en matière de “renseignement et vigilance” au niveau des frontières. “Nos méthodes évoluent très vite”, a expliqué le responsable des douanes.

Ces dernières années, les agents ont retrouvé de la cocaïne camouflée dans tous types de marchandises, aussi bien des tracteurs, du bois que des lots de foie de poulet.

Il y a deux semaines, deux membres présumés de la mafia calabraise 'Ndrangheta ont été arrêtés à proximité du port de Santos.

D'après la police fédérale brésilienne, la 'Ndrangheta contrôlerait “40% du transport mondial de cocaïne, dont il est principal importateur vers l'Europe”.