Plein écran
© ap

Les Suisses refusent de limiter les hauts salaires

Les Suisses ont refusé dimanche lors d'une votation de limiter les hauts salaires, selon les premières tendances après la clôture des bureaux de vote à 12h00, données par la Télévision suisse romande.

Les Suisses ont aussi voté "non" à deux autres textes, soit des aides fiscales pour les familles et la hausse de la vignette autoroutière à 100 francs suisses (81 euros), contre 40 CHF actuellement, ce qui, en revanche, est une surprise. Selon les premières projections, le texte sur la limitation des hauts salaires, appelé "initiative 1:12" a été rejeté à 65%, a indiqué la télévision, en ajoutant que la marge d'erreur est de 3%. Il y a huit mois, les Suisses avaient en revanche approuvé à 67% un texte supprimant les parachutes dorés des grands patrons.

La télévision dispose déjà des résultats de la votation de ce dimanche dans trois grands cantons sur les 26 que comptent la Suisse. Ces trois cantons (Zurich, Genève et Vaud) ont voté trois fois "non" aux textes proposés. Le texte sur les hauts salaires demandait que l'écart salarial dans une même entreprise se situe dans une fourchette de 1 à 12, autrement dit que le salaire le plus élevé ne puisse pas dépasser 12 fois le salaire le plus faible. Ce texte avait en ligne de mire les salaires exorbitants des patrons de multinationales installées en Suisse, qui se chiffrent à des dizaines de millions de francs suisses et sont régulièrement dénoncés par la gauche.

Dans le canton de Zurich, ce texte a été rejeté à 66%, dans le canton de Genève à 51% et dans le canton de Vaud à 61%. Selon les premiers résultats, le texte sur l'aide aux familles a été refusé à 64% dans le canton de Zurich, et à 66% dans les cantons de Genève et Vaud. Enfin, la forte hausse de la vignette autoroutière, qui devait financer l'amélioration du réseau routier, a également été rejetée dans ces trois cantons. Cette vignette est vendue 40 CHF, un montant inchangé depuis 1995.

  1. François De Rugy contre-attaque, Mediapart annonce de nouvelles révélations

    François De Rugy con­tre-attaque, Mediapart annonce de nouvelles révélati­ons

    Blanchi par des enquêtes de l’Assemblée nationale et du secrétariat général du gouvernement sur les coûts des travaux dans son logement de fonction, François de Rugy veut réattaquer pour laver son honneur. Déterminé, l’ex-ministre de la Transition Ecologique réfléchit à prendre la parole pour “remettre les pendules à l’heure” et compte porte plainte en diffamation contre le site d’information en ligne Mediapart.