Les talibans capturent un chien de l'armée américaine

VideoLes insurgés talibans afghans se sont vantés jeudi d'avoir entre leurs mains un chien de l'armée américaine, qu'ils affirment avoir capturé en décembre dernier lors d'affrontements dans la province du Laghman, dans l'est du pays.

Les rebelles ont diffusé sur leur site internet une vidéo, sur laquelle on peut voir un petit animal à la robe brune, tenu en laisse et entouré de cinq hommes lourdement armés. L'animal, exhibé comme un trophée et présenté comme s'appelant "Colonel", a les oreilles rabattues et semble effrayé tandis que les hommes s'affairent autour de lui, en criant "Allah Akbar (Dieu est le plus grand, ndlr)" à plusieurs reprises.

Le chien porte sur son dos un gilet noir équipé de poches, visiblement prévu pour accueillir un équipement militaire. Une voix-off commentant la vidéo affirme que trois fusils d'assaut, une arme de poing, un GPS et une lampe-torche ont été saisis sur l'animal. Le porte-parole des talibans, Zabiullah Mujahid, a assuré que le chien se portait bien, et que son sort serait décidé ultérieurement.

Interrogée à ce sujet, la Force internationale de l'Otan en Afghanistan (Isaf) s'est refusée à tout commentaire. La force de l'Otan en Afghanistan utilise régulièrement des chiens dans les opérations de combat, notamment pour détecter les engins explosifs artisanaux. Grâce à leur odorat puissant, ils peuvent dépister le nitrate d'ammonium, une substance normalement utilisée comme engrais, dont les talibans se servent comme explosif pour leurs bombes artisanales.

  1. Un ami sulfureux, un appartement à Paris: ces éléments qui relient Epstein à la France

    Un ami sulfureux, un apparte­ment à Paris: ces éléments qui relient Epstein à la France

    L'affaire Jeffrey Epstein va-t-elle rebondir en France ? Près de deux semaines après le suicide en prison du financier américain accusé d'abus sexuels sur mineures, de nouveaux éléments renforcent l'hypothèse d'un scandale aux ramifications françaises. Saisi fin juillet, le parquet de Paris assure à l'AFP poursuivre ses "vérifications" et "échanges" avec les autorités américaines avant de décider ou non d'ouvrir une enquête. Le nom d’un Français revient régulièrement.