Xavier Dupont de Ligonnès.
Plein écran
Xavier Dupont de Ligonnès. © AFP

L’homme arrêté à Glasgow n’est pas Xavier Dupont de Ligonnès

L’homme arrêté à l’aéroport de Glasgow parce que ses empreintes digitales correspondaient à celles de Xavier Dupont de Ligonnès n’est pas le suspect de la tuerie de Nantes en 2011, selon les résultats samedi d’un test ADN. “Ce test s’est révélé négatif”, a indiqué samedi à l’AFP une source proche de l’enquête.

  1. Voilà pourquoi les avoirs sur les livrets d'épargne belges ont baissé jusqu’à 298,2 milliards d’euros
    Guide-epargne.be

    Voilà pourquoi les avoirs sur les livrets d'épargne belges ont baissé jusqu’à 298,2 milliards d’euros

    Après l’augmentation considérable des avoirs globaux sur les comptes d’épargne belges en 2020 et au début de cette année-ci, une baisse a été constatée durant 3 mois consécutifs. Au mois de septembre, le solde global a été réduit de 258 millions d’euros, pour atteindre le montant de 298,2 milliards d’euros. Plusieurs facteurs ont contribué à cette légère baisse. Ci-dessous, Guide-epargne.be vous explique la situation.
  2. Xavier Dupont de Ligonnès aurait été arrêté à Glasgow, après huit ans de cavale

    Xavier Dupont de Ligonnès aurait été arrêté à Glasgow, après huit ans de cavale

    Selon Le Parisien, Xavier Dupont de Ligonnès a été arrêté ce vendredi à l’aéroport de Glasgow en Ecosse. L'information a été confirmée par une source proche de l’enquête. Il revenait de France. Xavier Dupont de Ligonnès avait été repéré par les policiers à l’aéroport parisien de Roissy-Charles-de-Gaulle avant l’embarquement mais les policiers n’ont pas eu le temps d’intervenir et ont prévenu Interpol. L’homme est soupçonné d’avoir tué toute sa famille en avril 2011. Il était activement recherché par la police depuis lors. Selon les informations du quotidien français, il voyageait sous une fausse identité et a été trahi par ses empreintes digitales. Une source proche de l’enquête a précisé à l’AFP qu’il voyageait avec un passeport français volé en 2014. Ses papiers étaient au nom de Guillaume Joao. Il aurait passé très probablement une partie de sa cavale en Écosse. Il n’a opposé aucune résistance lors de son arrestation qui est due à “une dénonciation anonyme”. La police française est en route pour Glasgow.