Plein écran
© reuters

Libye: Les F16 belges engagent de plus en plus de bombes

Plein écran
© reuters
Plein écran
© reuters

Les F16 belges mènent de plus en plus de missions au-dessus de la Libye dans lesquelles des bombes sont engagées, ressort-il de chiffres du ministère belge de la Défense que le Standaard a pu regarder.

Plus de deux mois après les premiers bombardements contre le régime du colonel libyen Mouammar Kadhafi, l'inquiétude grandit au sein des membres de l'OTAN impliqués dans l'opération que la guerre dure plus longtemps que prévu et coûte plus cher qu'espéré. Rien n'indique, après plus de 8.000 vols, dont 3.000 avec bombardements, que le colonel soit prêt à se rendre.

Les six F16 belges ont déjà mené, entre le début de l'opération et le 18 mai, 158 vols au-dessus de la Libye, durant 75 missions, selon les chiffres de la Défense. Ils ont effectué des bombardements lors de 39 missions. Ces bombardements n'ont tué aucun civil au sol.

Les différents pays ne peuvent plus, ordre de l'OTAN, communiquer sur leur participation à l'opération, mais les Belges auraient, selon le Standaard, largué environ 80 bombes en plus de deux mois.

Cette intensification des bombardements explique également pourquoi la guerre en Libye coûtera plus cher que prévu: la Défense avait estimé fin mars le prix de l'engagement des F16 et du chasseur de mines Narcis à 12 millions d'euros. La Défense calcule actuellement que le coût s'élève, pour les trois premiers mois, à 13,2 millions d'euros. (belga)