Plein écran
© photo_news

Lycéennes enlevées au Nigeria: Michelle Obama dénonce un "acte insensé"

Michelle Obama, l'épouse du président américain, a dénoncé samedi l'enlèvement de plus de 200 lycéennes au Nigeria au moment où l'aide étrangère se met en place, sur le terrain, pour aider les autorités nigérianes à retrouver les captives.

Plein écran
© photo_news

"Comme des millions de gens dans le monde entier, mon mari et moi-même éprouvons de la révolte et du chagrin après l'enlèvement de plus de 200 jeunes Nigérianes", a expliqué Mme Obama, qui remplaçait son époux pour l'allocution hebdomadaire de la Maison Blanche. "Cet acte insensé a été commis par un groupe terroriste déterminé à empêcher ces filles de recevoir une éducation", s'est-elle indigné, à la veille de la Fête des Mères célébrée dimanche aux Etats-Unis, avant d'appeler à "prier pour (leur) retour sain et sauf".

Le 14 avril, le groupe islamiste armé Boko Haram, dont le nom signifie "L'éducation occidentale est un péché", avait attaqué un lycée de Chibok, dans le nord-est du Nigeria, et enlevé 276 adolescentes, dont 223 sont toujours captives, selon la police. Après une relative indifférence initiale des autorités et à l'étranger, la mobilisation des familles et la revendication lundi dernier du chef de Boko Haram, Abubakar Shekau, qui en a fait des "esclaves" et veut les "vendre", ont fini par susciter l'émotion et la solidarité internationales.

Des experts américains et britanniques sont arrivés dans le pays pour participer aux recherches et la France a commencé vendredi à envoyer du matériel d'imagerie satellitaire. La Chine a aussi proposé de partager les informations recueillies par ses services de renseignements et ses satellites. Le président nigérian Goodluck Jonathan a affirmé vendredi à la presse qu'une équipe d'experts était déjà à l'oeuvre dans la forêt de Sambisa, proche de Chibok, avec du matériel électronique pour tenter de repérer les ravisseurs et leurs victimes. Le long silence de M. Jonathan dans les semaines suivant l'attaque a été très critiqué. D'autant que juste après le rapt, les autorités avaient donné - par mégarde, selon elles - des chiffres erronés du nombre de lycéennes enlevées, bien inférieur à la réalité.

Nouveau fait embarrassant, un rapport d'Amnesty International publié vendredi affirme que l'armée nigériane avait été informée de l'imminence d'une attaque de Boko Haram contre le lycée de Chibok le 14 avril, mais n'a pas réagi faute de moyens.

  1. Explosion meurtrière lors d'un mariage à Kaboul

    Explosion meurtrière lors d'un mariage à Kaboul

    Une forte explosion lors d'une fête de mariage a fait de nombreux morts et blessés samedi soir dans l'ouest de Kaboul.“À 22h40 (20h10 en Belgique) une explosion est survenue dans la salle de mariage Shar Dubai dans l'ouest de Kaboul", a indiqué à la presse le porte-parole du ministère de l'Intérieur, Nasrat Rahimi sans toutefois être en mesure de fournir un premier bilan. Selon les urgences des hôpitaux de la capitale, 20 blessés ont été admis, mais des images partagées par le ministère de l'Intérieur font craindre un bilan beaucoup plus lourd. De nombreux corps sont peu à peu sortis des décombres.
  2. La colère de la mère de Simon Gautier: “On sait qu’il est là, quelque part, blessé”
    Play

    La colère de la mère de Simon Gautier: “On sait qu’il est là, quelque part, blessé”

    “On commence à être assez en colère, parce qu’on est toujours seuls”, déplore Delphine Godart, la mère de Simon Gautier, le Français disparu depuis une chute lors d'une randonnée en Italie voilà huit jours. Le jeune homme de 27 ans a lancé un appel au secours le 9 août, affirmant s’être cassé les deux jambes mais sans pouvoir donner sa localisation exacte. Depuis lors, les autorités n’ont pas déployé les grands moyens pour le retrouver.